Cannabis et Yoga, la nouvelle tendance ?

Cannabis et Yoga, la nouvelle tendance ?

Après le Yoga beer, voici le Ganja Yoga, mêlant consommation de cannabis et pratique du yoga. Et ça n’a rien d’une blague; le concept existe bel et bien outre-Atlantique. La vraie question pour moi est de savoir si nous avons une fois de plus affaire à une nouvelle dérive du yoga business, ou est-ce que ce type de yoga sert, à sa manière, les principes fondamentaux du yoga énoncés par notre Patou adoré ?

A Toronto, ce nouveau style de yoga vient de faire son apparition. Le concept est simple. Chaque session de yoga débute par quelques bouffées de cannabis qu’inhalent les élèves, laissant la pièce s’emplir progressivement de cette odeur si caractéristique.

Le cours débute, les élèves installent leur tapis. Ils viennent ici pour “lâcher-prise“, se détendre, en mêlant asana, pranayama et marijuana. A première vue, à part cette odeur de weed, rien ne diffère d’un cours de yoga ordinaire.

Ils ont tous entre 25 et 50 ans et viennent de tous les horizons : chefs d’entreprise, pharmaciens, banquiers, pères et mères de famille. Cependant, ils ont tous un point commun. Ils sont malades. En effet, au Canada, la consommation de cannabis est uniquement autorisée à dessein thérapeutique. Ces patients disposent tous d’une ordonnance qui leur permette de consommer.

canabis et yoga

Avant d’entrer à proprement parler dans les postures, les élèves font circuler un grand ballon en plastique dans lequel ils aspirent le cannabis. Alors euh… non. Je vous arrête tout de suite. Contrairement aux apparences, les mecs ne sont pas en train de se faire un gros bang avant leur séance de yoga.

Ils utilisent en réalité un vaporisateur dans lequel le cannabis est chauffé. A la différence de celui que l’on fume, avec la vaporisation, l’herbe n’est pas brûlée. On évite ainsi tous les contaminants toxiques résultant de la combustion classique. D’ailleurs, ce principe s’utilise pour consommer tous types de plantes médicinales. Contrairement à l’infusion, le principe de vaporisation permettrait de récupérer une quantité plus importante des principes actifs des plantes. Avec ce système, le cannabis atteint une température où les ingrédients actifs, notamment le THC, sont relâchés sous forme de vapeur, capturés dans le ballon puis inhalés par les élèves.

Pancini est le propriétaire des lieux et c’est lui qui enseigne le Ganja yoga. Il explique:

“C’est en train de décoller, dans le bon sens. Le cannabis relaxe tout le monde pour atteindre les bénéfices ultimes du yoga, et pour certains, c’est un petit peu plus”

Bon… le mec a l’air déjà bien bien bien…

Pour Pancini, le Ganja Yoga mènerait à une augmentation de la spiritualité et au développement personnel, ainsi qu’à une guérison physique et émotionnelle.

Et là, je me sens un peu obligée de faire ma grande gueule.

Le nombre de pays autorisant le cannabis à usage thérapeutique sont de plus en plus nombreux: Australie, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Espagne etc. Cet usage est strictement encadré et suppose nécessairement une prescription médicale. Dans un tel cadre, le cannabis est utilisé pour certaines de ses propriétés qui ont déjà fait leurs preuves: relaxant, anti-spasmodique, anti-inflammatoire, anti-psychotique, analgésique etc. Les patients sous chimiothérapie l’utilisent pour soulager nausées et vomissements tandis que les séropositifs s’en servent pour stimuler leur appétit, réduit à néant sous l’effet des antiviraux.

Dans ce cas, on l’utilise beaucoup en infusion – vous reprendrez bien une petite tisane au cannabis ? 🙂 – ou “vaporisée”. Ces méthodes étant amplement préférables au pétard pour les raisons que nous avons citées plus haut.

En revanche, dire que la consommation de cannabis développerait la spiritualité… Hum.

Un petit point mythologie pour éclairer tout ça.

Il y a environ 3 000 ans, à l’époque des Védas, le cannabis faisait partie des 5 plantes sacrées. Il était consommé sous diverses formes: fumé, infusé ou brûlé en encens. Utilisé pour ses propriétés d’exaltation, on disait qu’il jouait un rôle dans le développement de la spiritualité.

cannabis et yoga - pancasila bouddhiste

Mais dans les faits…

Quand tu consommes du cannabis, tu tournes au ralenti. Ton corps, ton esprit, tout. Tu as l’impression de ne plus penser à 10 000 trucs en même temps. Et quand t’as la soupière qui tourne à 100 à l’heure non-stop, c’est vrai que tu apprécies quand ça s’arrête. Si tu es angoissé•e, stressé•e, que tu retournes tes soucis un million de fois par jour dans ta tête, tu peux te dire que le cannabis va aider à calmer tout ça. Oui, tu penseras moins. Oui, l’effet du cannabis, c’est de calmer ton mental. Cela dit, tu te doutes bien qu’il y a un revers à tout ça. En gros, tu vas aussi perdre une grande partie de tes capacités intellectuelles. Tu ne peux plus réfléchir correctement, prendre des décisions, être réellement efficace dans l’accomplissement d’une tâche. Et plus tu consommes, pire c’est.

En yoga comme en méditation, on apprend à calmer le mental pour laisser apparaître autre chose. Cette autre chose, c’est ce que l’on appelle le “moi-profond“. Ton vrai toi, enfoui derrière les jugements, les peurs et les doutes. On découvre également le plaisir de savourer l’instant présent. D’être ici et maintenant.

A travers la pratique régulière du yoga et de la méditation, beaucoup de choses vont changer. Ton corps, ta façon de penser, ton rapport aux autres. Meilleure forme physique, développement de la concentration et des facultés d’attention, plus grande créativité etc. Spirituellement, tu te sentiras de plus en plus connecté•e à ton “moi-profond”.

Si tu consommes du cannabis pour le kif (i.e. pour des raisons autres que thérapeutiques), à terme, c’est précisément tout le contraire qui se passe. Tu te sens fatigué•e en permanence, t’as envie de rien, tu es incapable de suivre quelque chose car ta capacité de concentration est réduite à presque rien. Tu perds la mémoire, tes réflexes. Tu erres dans l’instant présent sans même t’en rendre compte. De plus, tu te crois créatif mais cette créativité est, au pire illusoire, au mieux seulement active lorsque tu es sous emprise.

Bref, mettre en parallèle la consommation de weed et le yoga, c’est pour moi une belle connerie. Je ne dis pas que le cannabis ne peut pas t’amener vers une certaine forme de spiritualité, mais je doute qu’il t’amène jusqu’au samadhi. Par ailleurs, être perché•e ne signifie pas être sage, qu’on se le dise.

A Toronto, le Ganja Yoga reste particulièrement encadré. La directrice du programme tient à rappeler que le cours n’est pas un happy hour de la fumette. Tous les élèves doivent être majeurs et un comportement exemplaire est requis pendant les séances.
Le cannabis est apporté par les élèves eux-mêmes et n’est jamais vendu ou acheté sur place.
La directrice souhaite également préciser que l’objectif premier de ces séances n’est pas de fumer, sachant que les participants peuvent déjà le faire chez eux.

Le Ganja Yoga est une pratique qui reste illégale aux yeux de la loi canadienne. Pancini en a pleinement conscience mais justifie son offre par le fait que ses clients vivent une vie stressante et qu’il les aide à s’en libérer. Suffisant ? La parole serait plutôt à donner aux élèves pour approfondir ce sujet.

Aux États-Unis, et plus particulièrement en Californie, le Ganja Yoga existe depuis plus longtemps. Les étudiants fument avant le cours et ceux disposant d’une prescription médicale peuvent fumer sur place pendant les 15 minutes qui le précèdent.

Si vous avez déjà tenté l’expérience du yoga sous intoxication, je serais curieuse d’avoir votre retour. Perso, c’est pas ma came.

3 commentaires

    Pas d’expérience à partager à ce niveau là. Je ne suis pas convaincu du tout.

    Super article, j’utilise le vaporisateur magic-flight et c’est vrai que les bienfaits sont là ! Le relachement est plus intense, le voyage plus profond. Il devient alors beaucoup plus simple de lacher prise. J’utilise parfois aussi un masque de nuit pour faire ma pratique dans le noir complet … effets garantis.

Rejoins les happys yogis !

Et reçois gratuitement et en exclu les nouveaux articles ainsi que tout un tas de surprises réservées aux abonné(e)s

   



Happy Search




Happy Instagram

Me contacter

07 5038 64 05

emilie@my-happy-yoga.com

Mes happy partenaires !


&

&

My Happy Yoga au JT d'M6 !

Rejoignez les happys yogis !

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien rater !

   
close

Rejoins la communauté
My Happy Yoga !



Inscris-toi gratuitement à l'Happy News pour recevoir les derniers articles parus ainsi que tout un tas d'exclus réservées aux abonnés !