Défi Végétarien: le bilan

Défi Végétarien: le bilan

Il y a un peu plus d’un mois maintenant, le 13 Avril 2015 exactement, je me suis lancée un défi: Un mois sans viande.

Moi qui revendiquais souvent le fait de ne manger que très peu de viande, je voulais savoir si j’étais capable de tenir un mois en mode 100% végétarien.

Je cherchais aussi à comprendre quel impact sur mon quotidien (vie sociale, santé etc.) un tel changement dans mon alimentation pouvait avoir.

Retour sur ce mois challenging et ses résultats.

Défi Végétarien J+3

J’ai commencé ce défi ultra motivée en me disant que, le plus dur, ce serait peut-être les repas avec les potes et les sorties au resto. J’ai choisi de ne rien changer à mes habitudes pendant cette “expérience”. J’ai continué à aller au resto, à accueillir les copains à la maison et à faire des apéros-saucisson, mais sans saucisson.

J’ai fait l’expérience de mon premier barbeuc sans viande… Expérience qui s’est avérée être… un carton plein! Non seulement la viande ne m’a absolument pas manqué mais surtout, les petits champi farcis au fromage frais ont fait des envieux! Bref, entre ça, les poivrons grillés et les patates braisées, le barbeuc sans viande c’est facile et un régal pour les papilles! 🙂

Défi Végétarien J+7

Au bout d’une semaine, le manque a commencé à se faire sentir. J’avais des envies de charcut’ et je parlais déjà de la fin de mon défi à célébrer chez les Tontons, ce fameux resto de tartares à Grenoble que j’adore.

Pendant cette phase de manque, j’ai fait face à un défi de taille: la raclette sans viande. Fin Avril, ma famille était venue me rendre visite et il caillait comme pas possible. L’occasion rêvée pour partager une raclette un samedi soir de tempête. Sauf que la raclette sans mortadelle et jambon cru, c’est compliqué.

Ça m’a beaucoup manqué (surtout la mortadelle!!) mais je n’ai pas craqué.

Défi Végétarien J+14

Par la suite, le manque s’est bien installé mais j’ai continué à vivre comme si de rien n’était. J’ai fait pas mal de restos: italien, français et même bulgare! J’ai compris qu’en Bulgarie, l’attachement à la viande était aussi fort qu’en Hongrie. Mais toujours pas de craquage!

Concernant les restos justement, j’ai été agréablement surprise. J’ai noté que, finalement, beaucoup de cartes proposaient un noble choix de plats végétariens. Et je n’ai jamais été déçue par le contenu des assiettes.

Défi Végétarien J+21

A moins d’une semaine de la fin du défi, mon homme me fait la surprise de m’emmener à Madrid. Et si j’avais quartier libre sur la sangria, c’était un peu plus touchy concernant les croquetas de jamón (mon tapas préféré !). Alors j’ai craqué.

Du coup, all in. La porte ouverte à toutes les fenêtres. J’ai suspendu mon défi pendant ces 4 jours et j’ai profité des croquetas. Sauf qu’à ma grande surprise, je n’y ai pas pris tant de plaisir que ça.

Et puis il y avait cette vidéo d’un petit garçon qui émeut sa maman aux larmes en lui expliquant avec ses mots d’enfant pourquoi on ne devrait pas manger les animaux. Je l’avais vue quelques jours avant mon départ à Madrid. Ça m’avait beaucoup touché et j’y ai souvent repensé. Pour ceux que ça intéresse, elle est toujours sur la page facebook My Happy Yoga.

Défi Végétarien J+28

En rentrant en France, je reçois un mail d’un ami qui me transmet le lien de la vidéo Cowspiracy. Coïncidence ou pas, on avait déjà eu l’occasion de parler un peu de ce film, mais sans plus. Je ne connaissais pas vraiment le cœur du sujet mais je me doutais que ça pourrait m’intéresser. Je me suis prise une énorme claque.

Plus j’avançais dans le film, plus je ne pensais qu’à une chose: il faut que tout le monde voit ce film. Il faut que les gens sachent.

Ici, on est très loin du prosélytisme vegan. On nous met simplement devant des faits. Des faits tout aussi réels que glaçants.

Le pitch? C’est Mr Mondialisation qui en parle:

“Cowspiracy est un documentaire d’importance majeure. Controversé, il se penche sur l’impact de l’élevage sur l’environnement. Kip Andersen, producteur et directeur du film, révèle des informations exclusives portant sur les politiques de groupes environnementaux comme Greenpeace, Sierra Club, Surfrider Foundation, and Rainforest Action Network en plus de statistiques alarmantes sur les impacts que génèrent la consommation de viande.”

Voici le trailer sous-titré en Frenchy.

Ça fait flipper non?

Pour finir sur le sujet (que j’ai très envie de développer dans un prochain article), voici déjà quelques chiffres éloquents.

L’élevage intensif est responsable, à lui tout seul de:

* 51% des gaz à effet de serre

* l’utilisation d’1/3 de l’eau douce de la planète

* 91% de la destruction de la forêt amazonienne

Bref, vous l’aurez compris, ce film est gravé dans ma mémoire à jamais et a largement calmé mon envie de sauciflard.

Pour le voir en entier, je vous invite à vous rendre sur le site officiel Cowspiracy.com. Le visionnage coûte 5$ qui sont directement reversés à la société pour l’aider à réaliser de nouveaux docus.

Et maintenant?

Aujourd’hui pourtant, je n’ai pas envie de me considérer comme une végétarienne. Je n’ai pas besoin d’accoler une étiquette à mon idées. Mais je suis bien décidée à ne plus consommer de viande, dans la mesure du possible.

Dans la mesure du possible, cela veut dire que je ne souhaite pas devenir une névrosée de végétarisme qui crie au scandale en voyant une côte de bœuf dans l’assiette de son voisin.

Pourquoi?

Parce que d’une part, j’ai passé près de 30 ans de ma vie à me nourrir de viande et que ce n’est pas parce que mes convictions ont changé que je dois blâmer (ou pire! sermonner) le reste de la planète qui continue à en manger.

Et d’autre part parce qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes omnivores*. Autrement dit, il semblerait que nous ayons besoin de manger de tout pour être en bonne santé, y compris des produits animaux. Et même si je suis depuis très longtemps convaincue qu’un être humain peut vivre sans manger de viande, je pense que cela doit s’inscrire dans un processus progressif et, surtout, au sein d’une alimentation très variée. Je ne suis pas une spécialiste, loin de là, mais j’espère creuser à fond le sujet dès que j’aurai entamé mes études en diététique. Un projet de longue date qui me tient à coeur. To be continued…

Dans le yoga comme dans la vie d’ailleurs, je pense que tout est une question d’équilibre. Il est indéniable que notre consommation de viande dépasse nos besoins alimentaires. Sans pour autant proscrire à jamais la viande de son alimentation, méditer sur ce constat est devenu une nécessité.

Dans la mesure du possible, cela veut dire aussi que je ne me vois pas être invitée et refuser systématiquement de manger ce qui a été préparé sous prétexte qu’il y a de la viande. Question de respect envers les personnes qui m’invitent. En revanche, qu’on ne me demande pas d’y prendre du plaisir 😉

Bien plus que le défi végétarien, c’est en réalité ce documentaire qui m’a ouvert les yeux. Aujourd’hui, j’ai envie de continuer dans la voix d’un végétarisme bienveillant car c’est là que je me sens le plus à ma place.

Et pour répondre à Tif qui me posait la question par rapport à ma pratique du Yoga, il s’avère que je pratique beaucoup plus depuis ces 2 dernières semaines et que j’ai l’impression de beaucoup progresser. Hasard ou pas, peu importe finalement. Le résultat est là 🙂

Si vous avez déjà vu ce docu ou que vous décidez de le mater, n’hésitez pas à partager vos impressions qui m’intéressent beaucoup.

A très vite!lisa-vegetarian

* Petit erratum concernant le postulat que j’énonce : “en tant qu’êtres humains, nous sommes omnivores”. Suite à la parution de l’article, un commentaire très constructif a été publié sur les réseaux sociaux. Ce commentaire met en évidence une courte vidéo qui atteste que l’Homme serait 100% herbivore. Les arguments qui y sont avancés sont assez troublants. Je vous invite à la regarder et à me partager vos impressions. J’en suis très curieuse !

16 commentaires

    Oh la la cette vidéo du petit bout qui émeut sa maman, je ne l’avais jamais vue, elle est magnifique!! Merci pour ce partage 🙂

    Bravo pour ton défi végé et je suis ravie que tu ais pu le reveler. Pour les raclettes, tu as peut-être fait pareil, mais pour ma part je fais comme au barbuc, je ramène mes gros champi bien frais, tomates, poivrons, patates bien sûr, salade, noix, bref un peut de tout! Et on m’en pique toujours, au final 😉

    Belle journée!

    Tiphaine

    Oui elle est vraiment touchante cette vidéo 🙂 Et tout à fait pour la raclette! J’ai compensé avec tout ce que tu as mis dans ta liste d’ailleurs + des carottes! Et je confirme que ça fait des envieux. Maintenant à chaque barbeuc tout le monde réclame les champi farcis et les poivrons grillés 🙂 Belle journée à toi Tif!

    Coucou Emilie,

    Tout d’abord : félicitations pour ton défi végétarien !
    Ca a été un plaisir de lire le témoignage de ton expérience.

    C’est drôle car je suis presque comme toi : plutôt végétarienne mais j’aime la bonne charcuterie. Du coup je me suis vraiment reconnue dans ton article 🙂

    Je connaissais la vidéo du petit garçon mais pas encore le film dont tu parles, je vais voir pour me le procurer !

    Je vais dans le même sens que toi : je pense qu’il ne faut pas moraliser ni sermonner les mangeurs de viande et que chacun doit utiliser sa propre liberté pour choisir ce qu’il veut mettre dans son assiette. Par contre on peut sensibiliser, comme tu le fais avec les mots justes, en expliquant ce qu’implique la consommation de viande en masse…

    Je te souhaite une très belle journée et te dis à bientôt,
    Claudia de YogaPassion

    Merci pour tes compliments Claudia, c’est toujours un plaisir à lire! Et oui difficile après avoir vu ce reportage (et encore, je n’ai pas parlé de Earthlings…) de rester insensible à cette cause. Difficile aussi de ne pas se révolter et crier “Mais bordel regardez ce qu’il se passe, ce qu’on ne nous dit pas!”. Pour ma part, je suis très reconnaissante d’avoir eu accès à ce docu et qu’il m’ait ouvert les yeux. Mais comme tu l’as si bien souligné, chacun suit son chemin 🙂

    Génial ta première approche du végétarisme, un petit défi histoire de se rendre compte que la viande n’est pas indispensable c’est top. Je ne mange plus de viande depuis 8 mois et je t’avoue que je ne me suis jamais sentie aussi bien. Je n’ai jamais aimé ça mais j’étais formaté pour faire comme tout le monde et je ne connaissais pas d’autres alternatives à l’époque. Sauter le pas me faisait peur car je craignais de ne pas savoir quoi cuisiner mais j’ai vite été soulagée ^^ bravo en tout cas pour ton approche ouverte, il faut le rester mais essayer de sensibiliser comme tu le fais 🙂 Je partagerai mon expérience sur mon blog bientôt aussi ^^

    Hello Leona! Alors toi aussi tu t’y es mise? C’est fou! J’ai hâte de lire ton retour d’expérience. Surtout avec tout le sport que tu pratiques, je suis curieuse de connaître tes ressentis. A bientôt!

    Salut Emilie
    Très belle article que celui que tu viens d’écrire, j’ai beaucoup apprécié.
    Je n’ai pas encore trouvé le temps ou le courage de regarder cowspiracy.
    Je reprend ta phrase “un être humain peut vivre sans manger de viande”, mon doc m’a dit que mélanger du riz est des lentilles apportait les même protéines qu’un morceau de viande, je n’y ai jamais prêté attention, mais peut être que ça t’intéressera.
    En espérant que tu puisses effectivement creuser le sujet lors de tes études de diététique.
    Bonne soirée et à bientôt ^^

    Coucou Benj!
    Je suis contente que tu aies aimé l’article, ça me fait très plaisir!
    Et oui ton doc a raison. Les lentilles et le riz sont très riches en nutriments essentiels. Le riz (brun de préférence, du moins non raffiné et bio) est riche en anti-oxydants, zinc, fer, cuivre et en nombreuses vitamines. Quant aux lentilles, elles sont très riches en protéines (une portion équivaudrait en effet à une portion de viande), en fibres et en fer. J’adore autant le riz que les lentilles et j’en ai toujours mangé beaucoup. C’est peut-être pour cette raison que je n’ai jamais vraiment ressenti le besoin de viande 🙂 A très vite!

    Salut Emilie,

    Il n’y a rien de pire que l’élevage industriel. Mon mari et moi on a vu une fois un reportage qui s’appelle “earthlings”. Attention âmes sensibles s’abstenir !!! C’est 1h30 d’horreurs sur le traitement des animaux. Depuis nous n’achetons plus jamais de viande en grande surface. Par contre, nous avons de la chance. Près de chez nous,il y a une coopérative d’éleveurs qui ont une charte déontologique pour l’élevage et aussi l’abattage (ils ont leur propore abattoir privé). On se fournit là quand on a une petite envie de barbac. Parce que je crois qu’effectivement, en fonction de la région où nous habitons, nous sommes faits pour manger plus ou moins de viande. Je pense aussi que toutes les viandes ne sont pas énergivores, au contraire. Par exemple, les poules et poulets sont de remarquables recycleurs de déchets ménagers ou de ce qui est non consommé dans les potagers. Peut-être que si tu fouilles un peu autour de chez toi auras-tu comme nous la chance de trouver une alternative respectueuse et savoureuse, si le goût t’en dis toujours évidemment …

    Hello Eve-Anne,
    J’avais commencé à regarder “Earthlings”. J’ai tellement pleuré que j’ai arrêté le film au bout de seulement 10min. Il m’a profondément marqué et j’ai encore certaines images en tête que j’aimerais pouvoir effacer. Je pense que ceux qui ont vu son docu ont, pour la plupart, changé leurs habitudes alimentaires. Mon amie Caro, qui m’avait prévenue que les images étaient extrêmement violentes, est devenue vegan après ça.
    Comme toi, je vis à la campagne où les petits producteurs et éleveurs raisonnés ne manquent pas. Bien plus qu’une alternative à la viande de supermarché, c’est une évidence. Malheureusement, tout le monde n’a pas la chance de vivre dans ce genre d’endroits riches en belles initiatives. A bientôt Eve-Anne.

    Salut Emilie

    Ta façon de vivre ton végétarisme ce rapproche beaucoup de la mienne.J’ai beaucoup aimé ton expression “végétarisme bienveillant” que je risque de te piquer pour expliquer ma façon d’aborder le végétarisme aux qlq personnes (finalement peu nombreuses) septiques.

    Si tu veux bien je te partage mon expérience.

    J’ai découvert que l’on pouvait ne pas manger de viande/poisson tous les jours (je le savais sans le faire) lorsque j’ai vécu quelques mois dans une famille d’origine indienne en Angleterre. De part leur religion ils ne mangeaient pas de viande tous les jours, et je suivais le mouvement. La viande ne m’a pas manqué pendant ces 10 mois. Ou plutôt la bonne viande bien cuisinée “à la française” m’a manqué quand je mangeais un poulet fadasse mais sinon non.

    Lorsque, pendant mes études, j’ai quitté le nid familial je me suis mise à manger viande et poisson seulement les week-end et bien sur de temps en temps quand il y avait une bouffe entre amis.

    De retour par la suite au nid familial il m’a été difficile de manger de la viande / poisson tous les jours. J’y est pris plaisir les premières semaines (faut dire que quand on est étudiant c’est pas toujours la qualité qui prime alors on se rattrape ensuite). Lassée, et surtout habituée et attachée à mon régime “sans viande sauf le week-end” pendant deux ans, j’ai rediminué les quantités de viande et poissons.

    Depuis mes parents mangent également moins de viande. Ce n’est pas grâce à mois mais à nos valeurs communes où nous nous rendons bien compte que manger au tant de viandes/poissons n’a pas de sens ni pour notre bien être, ni pour celui de notre planète et de notre avenir à tous.

    Maintenant je mange peu de viande et je dois dire que d’avoir des amis dans le même esprit aide beaucoup (partage des mêmes valeurs et des recettes !). Au bout de quelques mois de vie commune avec mon compagnon lui aussi c’est mis à manger de moins en moins de viande. Du coup nous en mangeons surtout les week-end pendant les repas en famille ou entre amis.

    J’ai découvert, avec plaisir, d’autres aliment : tofu, seitan, etc. qui me permettent de “remplacer” la viande.

    Je ne suis donc pas une végétarienne pure, mais je partage les mêmes valeurs ce qui fait que je me sens quand même, un peu, végétarienne. Je sais que pour certains végétariens et végétaliens cet entre deux n’est pas pensable. mais pour le moment c’est une façon de vivre et de manger qui correspond à mes valeurs sans pour autant me couper voir me mettre à dos certaines personnes qui ne peuvent comprendre (à ce jour) le végétarisme.

    Bref, je crois que c’est le commentaire le plus long que j’ai jamais fait !!!

    Je regarde la vidéo en lien dans ton article dés que possible.

    Sincèrement, merci pour ce qui tu as exprimé ici !

    Hello Léa!
    Wahou en effet! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de rédiger tout cela et surtout de nous partager ta propre expérience du végétarisme bienveillant 😉 Décidément, c’est un sujet qui déchaîne les foules! Et tant mieux, car ça vaut vraiment la peine de se pauser la question 🙂 Tiens, voici le lien de la vidéo complète de Cowspiracy http://news360x.fr/cowspiracy-le-secret-du-developpement-durable/ Quand tu auras le temps de regarder, je serai très curieuse de connaître ton avis sur la question. Nous sommes tous plus ou moins sensibles à certains messages. Ce docu m’a profondément bouleversée et, comme je l’ai dit dans l’article, a véritablement changé ma vie. J’ai rencontré d’autres personnes qui l’ont vu et qui n’ont pas été touchés de cette façon mais qui ont choisi de devenir vegan ou végé pour d’autres raisons. Ce qui compte au fond, c’est d’être informé de ce qu’il se passe et d’agir (ou pas) en conséquence. A bientôt alors! 🙂

    Salut Emilie !

    J’ai enfin pris le temps de regarder la vidéo dont tu parles, et comme toi j’ai été profondément émue. La question du développement durable est une question qui me touche car on parle là du futur, pas du mien mais de celui de la planète et de TOUS ces habitants. Dommage qu’il n’y ai rien de dit sur les conséquences humaines et économiques à court terme que provoquerait l’arrêt de l’élevage. L’arrêt de l’élevage ne fera pas un monde meilleur en quelques années, des gens ont bâtit leur vie grâce à ça, des entreprises, des villes, ne vivent que grâce à cela, ça représente des millions de personnes. Et la terre mettra aussi des dizaines d’années pour se remettre de l’élevage intensif. J’aurai aimé un petit mot sur cet aspect des choses ! Mais sinon, c’est un docu-électro-choque ! Depuis mon message extrêmement long (j’espère faire moins long cette fois) je me suis davantage informé sur la toile. Et je crois bien que je ne suis plus prête à manger de la viande et du poisson, peut-être même par la suite de moins en moins de produits d’origine animal. Je crois que les conséquences, de ce que je mange, pour notre planète et pour le bien être des animaux deviennent de plus en plus prégnantes à mon esprit… Je serai intéressée que tu fasses une suite à cet article, si dans quelques mois tu en vois l’intérêt (réflexions sur le sujet, ressentie par rapport à ta pratique du yoga, etc.). Bonne continuation !

    Salut Léa,
    Je suis contente que tu aies pu prendre le temps de regarder ce reportage! Incroyable, hein? Honnêtement après l’avoir vu, j’avais tellement envie que tout le monde sache! Je pense que cela s’est aussi ressenti dans l’écriture de l’article d’ailleurs 🙂 Tu soulèves un point très intéressant. Celui de l’engagement de nombreuses personnes dans ces élevages. Que deviendraient-ils? Des familles entières ayant construit leur vie autour de cela. C’est un point intéressant qui n’est en effet pas abordé.
    Tu es donc devenue végétarienne à ce que je vois?! C’est super! Je ne peux que t’encourager! Pour ma part, j’ai fait quelques incartades cet été, notamment sur les crustacés… Mais je me reprends doucement en main et après avoir testé une recette extra de burgers végé, je suis ultra motivée! 🙂
    Je pense qu’en effet, le sujet vaste et passionnant du végétarisme refera une apparition un peu plus tard sur le blog 😉
    Belle continuation à toi et à bientôt peut être!

    Merci Emilie pour le lien vers le documentaire, je viens de le regarder et c’est un grand choc
    Je ne pense pas être prête pour Earthlings parce que celui là m’a déjà pas mal ébranlé…
    Difficile de passer de végétarienne à végétalienne mais c’est mon défi pour la fin 2015, je me suis engagée sur le site Cowspiracy, il y a un challenge, avec des mails quotidiens pour accompagner le changement, c’est top
    D’ailleurs, peut-être devrais-tu mettre aussi le lien vers le site officiel ? Où la visualisation du docu coûte 5 euros, reversés à la société et l’aider à faire d’autres docus (après avoir été sur le site officiel, je me suis sentie coupable d’avoir regardé gratuitement le docu avec ton lien : )
    Merci pour ton blog, très chouette et bien fourni !
    Anne

    Hello Anne,
    Merci pour ton gentil message et ces compliments!
    Bonne idée pour le lien vers le site officiel, je vais l’ajouter de suite. Bonne chance dans ton défi, j’espère que tu y arriveras!
    A bientôt

Rejoins les happys yogis !

Et reçois gratuitement et en exclu les nouveaux articles ainsi que tout un tas de surprises réservées aux abonné(e)s

   



Happy Search




Happy Instagram

Me contacter

07 50 38 64 05

emilie@my-happy-yoga.com

Mes happy partenaires !


&

&

My Happy Yoga au JT d'M6 !

Rejoignez les happys yogis !

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien rater !

   
close

Rejoins la communauté
My Happy Yoga !



Inscris-toi gratuitement à l'Happy News pour recevoir les derniers articles parus ainsi que tout un tas d'exclus réservées aux abonnés !