Tais-toi et Sois Sage

Tais-toi et Sois Sage

Il y a quelques semaines, alors que je commençais tout juste à prendre des cours de chant, je me suis retrouvée aphone. Ça a commencé bêtement, un lendemain de soirée. Une fois n’est pas coutume, j’ai dû m’égosiller en refaisant le monde avec les copains, un verre de merlot à la main.

Les premiers jours, j’avais juste un vilain mal de gorge. Une semaine et quelques litres de tisane citron/miel/thym plus tard, pas d’amélioration en vue. Après avoir tenté les chuchotements (fatigant pour tout le monde, croyez-moi!), extinction totale. Bah ouai, il paraît que chuchoter n’est pas la solution idéale pour préserver sa voix, dixit mon doc’. Ultime solution: me taire.

Mutisme forcé

Me voilà donc repartie pour une semaine sans voix. Et cette fois, dans le mutisme total.

Plus de 10 jours que cette histoire traînait, je commençais à perdre patience. J’ai dû faire une croix sur les cours de chant pendant plus de 2 semaines et ça m’a saoulée. D’autant que je venais de commencer et que ça me plaisait beaucoup. Sans parler des cours de yoga que j’avais à donner sans pouvoir parler.

A la maison, mon homme faisait la conversation pour 2. Ambiance. L’avantage, c’est qu’on ne s’engueulait pas ! Je n’avais absolument pas la force de le contredire ou de lui reprocher quoi que ce soit. Je crois qu’il a apprécié 🙂

Au boulot, je communiquais avec les copines par écrit, Skype était devenu mon sauveur ! Pendant les pauses, j’écoutais et je souriais. Paradoxalement, je me sentais un peu bête de ne pas pouvoir sortir mes conneries habituelles et participer activement aux conversations.

J’étais frustrée. Frustrée de ne pas exprimer verbalement ma pensée, donner mon avis, réagir à une discussion etc. Faut dire qu’en général, je ne suis pas la dernière à l’ouvrir…

Et puis j’ai réfléchis à cette situation. De toute façon je n’avais pas bien le choix. J’étais obligée de passer ces quelques jours sans parler si je voulais guérir. Alors j’ai décidé de changer cette frustration en quelque chose de beaucoup plus utile. C’était la première fois qu’il m’arrivait d’être parfaitement aphone. Ce sera peut-être la dernière. Qu’est-ce que je pouvais bien tirer de cette expérience ?

sagesse

Sagesse retrouvée

Un truc drôle, c’est que le jour où je me suis décidée à voir cette situation autrement, je suis tombée sur cette citation qui circulait sur s’book:[inlinetweet prefix=”meditation, yoga” tweeter=”MyHappyYoga” suffix=”null”]The less you talk, The more you listen[/inlinetweet]

La leçon tombait à pic !

Ce mutisme m’a donc essentiellement appris 2 choses.

La première, je vous la donne en mille… j’ai appris à être plus à l’écoute des autres. C’est évident, quand tu ne peux pas parler, tu ne peux pas non plus t’écouter parler! Du coup, ça te laisse pleiiiiin de temps pour écouter les autres, suivre plusieurs conversations en même temps et surtout, lire entre les lignes.

La deuxième chose que j’ai apprise est un peu plus subtile et certainement plus importante que la première. Ce mutisme m’a permis d’apprendre à m’écouter.

Je suis une personne assez cash. Grâce au yoga, j’apprends à mieux maîtriser cette spontanéité et à ne pas toujours balancer le fond de ma pensée, surtout à ceux qui ne m’ont rien demandé! Mais comme tout le monde, “chassez le naturel…”

Désolée ça va faire 2 expressions has been en 2 phrases, mais “tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de parler” (j’ai vraiment essayé) m’a été sermonnée plus d’une fois.

Or là, je n’avais plus le choix ! Je gardais donc mes pensées pour moi. Mieux, je gardais mes jugements pour moi. Ces jugements, qui, pour la plupart, sont finalement stériles. Jugements, qui, si on les garde pour soi plutôt que de les jeter à la tronche de celui qu’on a en face de soi, peuvent être tranquillement digérés. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, j’ai découvert que ces jugements pouvaient rapidement laisser place à… la bienveillance.

Bienveillance, le maître-mot ! Ahimsa, le premier grand principe des Yoga Sutra de Patanjali. Voilà la plus belle leçon de ce mutisme forcé.

Avant de conclure, revenons un instant sur le titre de l’article. Au début, j’avais intitulé ce billet “Le Mutisme ou la Méditation forcée”. Pourquoi ?

Se retrouver sans parler, c’est apprendre à prendre du recul par rapport à ces pensées et ces jugements. Ces fameuses perturbations du mental qui nous martèlent sans cesse. Ces pensées, je ne pouvais plus les partager spontanément. Et de les avoir ainsi gardées en moi m’a permis d’apprendre à ne pas m’identifier à elles et à laisser causer mon mental sans jugement. Bref, un peu ce qu’on apprend en méditation 🙂

Comme toute expérience, celle-ci m’a enseigné un tas de trucs sur les autres, mais aussi sur moi-même. J’y ai découvert une nouvelle forme de sagesse et je suis finalement très reconnaissante de ce petit incident vocal !

10 commentaires

    Coucou Emilie !

    Merci pour le récit de ton expérience, c’était super intéressant de lire ton témoignage sur ta perte de voix… Heureusement que même dans ces cas-là on peut encore écrire et ça nous permet de lire tes chouettes billets sur ton blog.

    Après ces quelques jours en silence, tu vas être un peu plus prête pour partir en Vipassana, si tu ne l’as encore jamais fait 🙂

    A très vite,

    Bises

    Hello Claudia,
    Ravie que l’article t’ait plu! Pour tout te dire, je ne connaissais pas Vipassana et je suis un peu documentée pendant ce week-end. C’est une expérience qui me tente beaucoup et je suis même en train de chercher un créneau pour participer à l’une des sessions de 10 jours de cours. L’as-tu déjà étudié? Expérimenté? Cela m’intéresserait beaucoup d’avoir ton retour sur le sujet. Une fois de plus, merci pour ton partage, j’en apprends toujours en te lisant 🙂
    Bises

    Bonsoir Emilie,

    J’espère que ta voix commence à revenir ?!

    Je n’ai pas encore étudié ni expérimenté Vipassana, mais ça fait partie de mes projets, je dirais à moyen-terme 🙂

    J’ai déjà une pratique quasi quotidienne de la méditation, mais pour le moment, je me contente de m’asseoir en silence, de fermer les yeux, et d’accueillir ce qui vient. C’est déjà très enrichissant et je ressens une grande impression de sérénité et de clarté en pratiquant seulement 10 à 15 minutes par jour, dans ma salle de Yoga, au parc ou même parfois dans le métro 🙂

    Et toi Emilie, quelle est ton expérience de la méditation jusque là ?

    Je t’avoue qu’une retraite Vipassana m’attire et me fait peur en même temps. Je suis une personne très extravertie et j’adore rire et parler alors je pense que ça va être très difficile pour moi… En même temps je pense que j’en ai besoin et que ça me fera le plus grand bien !

    Je te dis à très bientôt, bises !

    Hello Claudia!
    Merci d’avoir partagé ton expérience. Pour ma part, j’essaye également de pratiquer régulièrement la méditation. “quasi-quotidienne”, c’est le bon mot pour moi aussi :). Et comme toi, une dizaine de minutes à peu près. Je m’aide de la méthode de Christophe André. J’ai mis le bouquin dans ma rubrique Livres http://my-happy-yoga.com/livres/. Au début je me disais que cela allait me déranger de devoir suivre la voix de quelqu’un. Finalement, c’est très agréable et ça fonctionne bien.
    Concernant Vipassana, tu sais que je suis un peu comme toi, extravertie 🙂 Mais en ce moment, j’ai envie de sortir de ma zone de confort et de me confronter (en douceur :)) à ce genre de défi. Je vais me renseigner pour une session, ce sera peut-être seulement pour novembre car les cours sont très prisés. Je te tiens au courant si tu veux 🙂
    A très vite, Bises

    Coucou Emilie
    How strange !
    Et bien moi c est l’odorat que j’ai perdu suite à une rhinite + l episode de pollution fin mars sur Paris, intoxication aux particules fines, est ce qu’on peut croire ca !! Meme faire du pranayama j’ai du arreter pour voir si cela allait mieux avec ou sans. Bon, ca revient mais pourquoi veut on couper les sens des yoginis ??? haha !!! Tu sais que pour les cordes vocales, la meilleure des postures c’est de faire Simhasana le lion ? Essaie ! A bientot Nathalie yogaandgo.com

    Salut Nathalie!
    Ah oui l’odorat, c’est compliqué! D’autant qu’en prime, tu as dû perdre une grande partie du goût j’imagine. Tu devrais venir poser tes bagages quelques jours dans ma cambrousse histoire de désintoxiquer ton corps des particules fines! Et non, je ne savais pas du tout que Simhasana était une super posture pour les cordes vocales. J’essayerai si cela doit se reproduire. Merci du tip! 😉 A bientôt.

    Merci Emilie, cet article m’a fait sourire et réfléchir.

    Super de retourner cette malheureuse expérience en une si belle réflexion sur soi, sur ces habitudes, en une écoute de soi et des autres. Je commence, humblement, la méditation de pleine conscience et je retrouve beaucoup de ta réflexion dans ce que j’ai pu lire à ce sujet. Finalement nous devrions peut être tous être aphone de temps à autres pour nous permettre cette réflexion.

    Hello Léa! Ravie de savoir que tu t’es mise toi aussi à la pleine conscience. J’aime bien travailler avec Christophe André sur le sujet. Il peut être un bon guide, surtout quand on démarre la méditation. Je parle un peu de son bouquin ici http://my-happy-yoga.com/livres/. En tout cas je te souhaite de découvrir plein de belles choses au travers de tes méditations! 🙂 A bientôt

Rejoins les happys yogis !

Et reçois gratuitement et en exclu les nouveaux articles ainsi que tout un tas de surprises réservées aux abonné(e)s

   



Happy Search




Happy Instagram

Me contacter

07 50 38 64 05

emilie@my-happy-yoga.com

Mes happy partenaires !


&

&

My Happy Yoga au JT d'M6 !

Rejoignez les happys yogis !

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien rater !

   
close

Rejoins la communauté
My Happy Yoga !



Inscris-toi gratuitement à l'Happy News pour recevoir les derniers articles parus ainsi que tout un tas d'exclus réservées aux abonnés !