Voyage en Inde, et après ?

Voyage en Inde, et après ?

Lorsque j’ai annoncé autour de moi que je prévoyais un voyage en Inde, tout le monde semblait extatique. Plus que moi, en fait. Il y a ceux qui y sont déjà allés et qui ont vécu une “expérience extraordinaire”. Et puis il y a ceux qui n’ont pas encore sauté le pas mais qui en rêvent parce que, justement, “il paraît que ça te change à jamais”.

Cet enthousiasme que je trouvais étonnant, parfois démesuré, m’a pourtant accompagnée pendant de longues semaines avant le grand départ. Une part de moi était convaincue que ce voyage en Inde, berceau du yoga, allait changer ma vie pour toujours. Mais mon autre moi, bien présent lui aussi, me ramenait à la réalité. “Oh, t’enflamme pas, c’est juste un voyage”.

Finalement, comme vous avez pu le voir en suivant les vlogs, cette aventure fut avant tout intérieure. Peu de temps pour faire du tourisme et, de toute façon, ce n’était pas vraiment le propos.

Sur place, je vivais les choses à 200%, totalement imprégnée du moment présent. Aussi, il m’était impossible de prendre du recul sur l’expérience que je vivais. Alors parfois, quand justement j’essayais de voir si ce voyage répondait à mes attentes, j’étais un peu déçue. J’avais cette impression que, finalement, rien n’avait changé. Enfin, moi. Je n’avais pas changé.

Seul mon retour à Paris et à la vie normale m’ont permis de prendre de la distance par rapport à cette aventure et de voir ce qu’elle m’avait apportée. Et c’est un fait, ce voyage aura véritablement été un cap.

Pêle-mêle, 8 choses qui ont changé après l’Inde.

Je fais des acrobaties

Mon rapport aux asanas a changé. Il y a 6 ans, je me suis mise au yoga pour me trouver, moi. Une quête spirituelle, un besoin de revenir à qui j’étais, au fond. Et puis finalement, le yoga m’a appris que j’avais aussi un corps. Pendant ma formation chez Samyak, les heures de pratique quotidienne et le challenge des postures m’ont montré que les asanas font partie intégrante du yoga et qu’il faut leur redonner leur juste place. Si certains pensent encore que le yoga se résume à une pratique physique, j’étais au contraire de ceux qui minimisaient leur importance dans le chemin vers la paix intérieure, au profit du pranayama ou de la méditation.

Je prends aujourd’hui beaucoup de plaisir à me challenger et à me lancer dans des postures beaucoup plus physiques, voire acrobatiques ! Mais je maintiens toujours que savasana reste l’une des postures les plus difficiles ;p

J’enseigne en anglais.

Je parle anglais couramment depuis biiiiiien longtemps mais je n’avais jamais sauté le pas de donner mes cours en anglais. Grâce à cette expérience indienne, voilà qui est fait. Hasard ou pas, depuis mon retour à Paris, j’ai reçu plusieurs propositions de cours privé en anglais. Pouvoir enseigner dans 2 langues différentes est une super expérience et un vrai cadeau que l’Inde m’a permis de valoriser de manière juste.

Je pratique NadiShodana tous les jours

NadiShodana, c’est THE pranayama. Chez Samyak, on nous a même affirmé que le pratiquer quotidiennement pouvait changer notre vie. Et je plussoie. Le pouvoir de ce pranayama est impressionnant et m’aide, en l’occurrence, à maintenir un certain équilibre émotionnel.

Après ce voyage, l’importance de garder un rythme dans la pratique et d’instaurer une routine journalière était capitale. Capitale, mais difficile. Le quotidien est tellement différent ici et là-bas. Pour être honnête, je suis rentrée plus motivée que jamais à pratiquer chaque matin pendant au moins une heure et demi. Et puis, au fur et à mesure des semaines, j’ai revu mon timing à la baisse et j’ai appris à intégrer ma pratique personnelle dans une vie parisienne qui demande beaucoup de concessions.

Je fais des kriyas !

Ces rituels de purification chers aux yogis nous ont été enseignés en Inde. Vous vous souvenez peut-être de l’épisode de Jala-Neti à la rivière dans le Vlog 1 ? Jala-Neti, c’est le nettoyage des narines et bien plus encore. C’est facile à faire, rapide et méga efficace, surtout lorsque l’on vit dans un endroit soumis à la pollution. Du coup, je m’y colle chaque semaine.

Une autre kriya que j’aime beaucoup est kapalabhati, nettoyage par l’activation du feu digestif grâce à la respiration.

Et puis il y a Vamana Dhouti, la fameuse kriya un peu trashouille dont je parle dans le Vlog 5. Mais celle-là; je l’avoue, je ne l’ai pas encore testée. D’ailleurs, si certains happy yogis en ont déjà l’expérience, partagez, ça nous intéresse !

Je suis accro au beurre de cacahuète

Pas trop ma cam’ avant l’Inde, même s’il faisait partie de mes indispensables durant les mois de surf en NZ. Fidèle compagnon de mon petit-dèj chez Samyak, je garde le même rythme de retour à Paris. Pourquoi ? Parce qu’il est riche en bon gras (acides gras insaturés) en protéines et en fibres. Il m’évite les coups de pompe de fin de matinée et, surtout, d’avoir les crocs 2 heures après le petit-dèj !

P'tit dej ! Je crois que c'est mon moment préféré de La journée 🙂 Après 2h De pratique, j'ai juste une dalle de folie et chaque jour je me régale. Bananes, ananas, pommes, pastèque, c'est La fête des fruits ! Il y a aussi De La papaye à revendre mais je n'aime pas ça.. pour les protéines, je fais le plein de beurre de cacahuète. Je crois même que je vais adopter cette routine en France 🇫🇷 sans oublier le porridge pour tenir un peu au corps. Chaque matin je mange pour 4 mais rien à faire, 2h après je pourrais m'enfiler encore des tartines de peanut butter. En guise de tisane, ginger water. Du gingembre, De l'eau, rien de plus ! On voit ça toute la journée. Une tuerie. ❤️ si vous ne l'avez pas déjà vue, allez checker ma vidéo YT sur le p'tit dej ! Ca vaut le détour ! 🙂 #breakfast#food#india#travel

A post shared by 🌸 Boho & Yogagirl 🙏 (@my_happy_yoga) on

J’ai des kirtans dans la tête, tout le temps

Avant, c’était plutôt les chansons Disney ou Céline Dion. Aujourd’hui, je continue à chanter presque sans m’en rendre compte les kirtans que l’on récitait chaque soir avant le dîner.

Et comme si ce n’était pas suffisant pour que mon mec me croit marteau, j’englobe chacune de mes pratiques persos dans ces 2 mantras: Shanti Mantra et Mantra Upanishadique. En Inde, nous les récitions à chaque pratique, en début et fin de séance.

Pour en savoir plus sur ces mantras et les kirtans, rdv sur le billet Mantra, dis-moi tout.

Je me fous que l’on marche sur mon tapis

Petit clin d’oeil à ce billet riche en second degré que j’avais rédigé il y a quelques mois: 8 comportements qui m’agacent en yoga. Parmi eux, il y avait celui ou celle qui ose pénétrer la sacro-sainte zone d’espace vital matérialisée par les 4 bords du tapis de yoga.

Comment te dire qu’en Inde, on passait notre vie pieds-nus, y compris en dehors des tapis. Les pieds du monde entier ont donc foulé mon précieux tapis magique… et j’ai appris à faire avec. Faux. J’ai appris à m’en taper, carrément.

De manière générale, j’ai cette légèreté, sérénité que je n’avais pas avant mon départ pour l’Inde. Je crois que plus aucun de ces comportements ne m’agacent en réalité. Je les accepte et c’est tout. Et je crois que c’est probablement le plus grand changement de ce voyage. Certainement le plus nécessaire aussi 😀

En revanche, je dois avouer un truc, je n’arrive toujours pas à marcher impunément sur le tapis des autres !

Je fais des vlogs

Ça n’aura échappé à personne, je me suis mise à ce format à la mode qui consiste à réaliser de courtes vidéos pour raconter sa vie. Passionnant. Non sans déconner, je prends du plaisir à le faire. Du coup, il m’arrive régulièrement de vous faire une petite vidéo – rdv sur la page facebook -pour vous partager quelque chose. En l’occurrence la dernière fois, c’était pour vous annoncer la gagnante du concours Made In India.

Au début, je me sentais carrément con devant mon téléphone à bout de bras. Et puis je me suis vite prise au jeu et je reconnais que je trouve ça plus “friendly” de vous parler en vidéo. Je me sens plus proche de vous.

Conclusion, est-ce que ce voyage en Inde a changé quelque chose à ma vie ? Oui, sans nul doute. Est-ce que j’y retournerai ? Oui, pour sûr, pour continuer à me former. Est-ce qu’il aura répondu à mes attentes ? Non, pas vraiment. Mais je sais pourquoi. Tant que je continuerai à avoir des attentes, je serai déçue. C’est un truc que le yoga m’a appris et que l’Inde m’a permis d’intégrer. Est-ce que j’y retournerai ? Pour sûr !

 

9 commentaires

    C’est marrant, tu conclues en disant “est-ce qu’il aura répondu à mes attentes ? Non, pas vraiment.” et ça me rappelle un article de Cécile, du Palais Savant, qui s’intitulait “il ne faut rien attendre de l’Inde”, je crois. Je l’avais trouvé très juste.
    Moi j’aime toujours pas qu’on marche sur mon tapis car depuis que je suis rentrée, j’ai investi dans un Manduka CHER donc si quelqu’un d’autre que moi pose ses orteils dessus… ça va mal se passer ! 😉
    Toujours un plaisir de te lire.
    A très bientôt, bises

    Ahahah en effet on peut parler d’investissement ! Je n’ai encore jamais investi dans un tapis cher, j’avoue que si c’est le cas, je changerai peut être encore d’avis à ce sujet ! 😀 Grosses bises ma belle et à bientôt !

    J’ai hâte d’y aller et aussi de découvrir de nouveaux aspects de moi et apprendre. Et oui, on devient de plus en plus bizarre quand on pratique le yoga. LOL

    Bonjour Emilie,

    Après avoir suivi avec attention toute ta formation en Inde, j’aimerai bien avoir ton sentiment quant aux différences, avantages/inconvénients entre la formation viniyoga sur 4 ans et la formation samyak concentrée sur un mois.
    J’envisage sérieusement une formation, avant tout pour enrichir ma pratique, et j’avoue que je suis hésitante entre les deux formats…
    Merci et bonne journée.

    Tu tombes parfaitement à pic ma belle Elisa puisque je prépare actuellement un article sur le sujet ! J’ai beaucoup de cours cette semaine mais j’espère quand même avoir la force de le terminer entre demain et vendredi ! Keep in touch 😉 A bientôt !

    Merci Emilie! Effectivement ça tombe bien, et j’ai hâte de lire ton article!!
    Bon après midi.

    tu donnes teellllement envie d’y aller !
    (rien que pour les petits-déjeuner) (3 bananes ?!) haha.

    Oui tu l’auras remarqué, je rattrape tout mon retard sur ton blog 🙂 je ne sais pas ce que j’ai foutu, ne m’en veux pas, mais j’avais au moins 5 articles de retard.

    Pour Vamana Dhouti, Amir de ma formation peut accompagner pour la première fois. Je pense le faire l’année prochaine… si jamais 😉

    Ahahah oui j’ai vu ça ! 😀 Ah ça m’intéresse vraiment pour Vamana Dhouti ! On en reparle très vite alors ! 😉

Rejoins les happys yogis !

Et reçois gratuitement et en exclu les nouveaux articles ainsi que tout un tas de surprises réservées aux abonné(e)s

   



Happy Search




Happy Instagram

Me contacter

07 5038 64 05

emilie@my-happy-yoga.com

Mes happy partenaires !


&

&

My Happy Yoga au JT d'M6 !

Rejoignez les happys yogis !

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rien rater !

   
close

Rejoins la communauté
My Happy Yoga !



Inscris-toi gratuitement à l'Happy News pour recevoir les derniers articles parus ainsi que tout un tas d'exclus réservées aux abonnés !