Clé du Bonheur n°4: Développer sa volonté

clé du bonheur 4: développe ta force intérieure

Nous voici maintenant arrivés à la 4ème semaine de notre Saga du Bonheur. La bonne nouvelle, c’est que nous allons aujourd’hui découvrir un nouveau secret. La moins bonne, c’est que cela signifie aussi que l’on se rapproche doucement de la fin des vacances. Mais chaque chose en son temps, découvrons d’abord ce qu’il se cache derrière cette quatrième clé…

Clé du Bonheur n°4

Libère ta force de caractère en cultivant ta discipline intérieure

Avoir du caractère, ce n’est pas nécessairement être pénible ou envoyer chier tout le monde. Avoir du caractère, c’est avoir de la volonté et du courage. Avoir du caractère, c’est apprendre à affirmer qui nous sommes et ce que nous voulons, tout en cultivant la patience et l’altruisme auprès des autres et de soi-même.

C’est ainsi que notre nouvelle clé du bonheur est intimement liée aux 3 précédentes et particulièrement à la clé n°3. Pour rappel, il s’agissait de la maîtrise de soi. Or la maîtrise de soi ne vaut rien sans la volonté d’y arriver, sans notre discipline intérieure.

Il y a encore quelques années, j’étais une nana ultra sanguine qui partait au quart de tour. Je me suis battue, enfin, j’ai surtout pris des coups en vérité parce qu’avec mon corps de moineau j’ai jamais réussi à faire mal à personne. Mais ce qui est sûr, c’est que j’étais toujours la première à mettre les coups. J’avais une grande gueule et je m’attaquais systématiquement à plus fort que moi. En soirée, j’avais la rage des mecs qui nous collaient de trop près, moi et mes copines. J’avais envie de nous protéger alors je l’ouvrais haut et fort et je faisais en sorte qu’ils s’éloignent. Si ça ne suffisait pas, et ça arrivait souvent, je leur sautait littéralement à la gorge. True story.

Je n’en suis pas franchement fière, mais c’est ce que j’étais. Et à l’époque d’ailleurs, j’en retirais une certaine fierté, justement. Je croyais défendre mes copines, je pensais avoir du caractère. Je pensais que, de me mesurer ainsi à plus fort que moi me donnait encore plus de force. Heureusement depuis, j’ai fait du chemin et j’ai compris que la véritable force de caractère réside plutôt dans la compassion et la patience que dans la violence. Merci le yoga, merci le bouddhisme aussi.

Le pouvoir de l’autodiscipline, comme celui de rester calme face à un con qui t’agresse plutôt que de lui rentrer dedans, t’apportera une force intérieure à toute épreuve. Tu pourras ainsi réaliser tes rêves, atteindre tes objectifs.

Pour certains, ça n’a rien de compliqué de garder son calme. Pour quelqu’un comme moi qui est “Super Pita“, ce n’est pas évident du tout. Mais c’est possible. Tout est une question de force intérieure, de volonté.

Comprendre que la méditation, c’est un truc extraordinaire qui peut changer ta vie, c’est à la portée de tout le monde. Lorsque l’on découvre les bienfaits que cela peut avoir sur notre santé, notre rapport aux autres bref toute notre vie, on a envie de s’y mettre. Alors on s’y met. Le premier jour, on se cale 5 minutes dans la journée pour méditer. Idem le 2ème jour. Idem le 3ème. Le 4ème, on zappe, pour toutes les raisons du monde. Le 5ème, on s’y remet. Le 6ème on zappe encore, le 7ème, et ainsi de suite. Vouloir méditer, c’est hyper noble et encore une fois, à la portée de tous. Mais s’y mettre vraiment, chaque jour qui passe, ça, c’est la véritable discipline. Et c’est elle qui développe notre force intérieure.

Mais alors, comment cultiver cette autodiscipline ? Comment développer et maintenir notre force de caractère ?

Clé du Bonheur n°4 – Mise en pratique

Fais les choses que tu n’aimes pas faire

Pourquoi ? Principalement pour deux raisons.

D’abord, parce que l’être humain relativise. Aussi, faire des choses pénibles rendrait les choses moins pénibles plus agréables. Tu suis ? 🙂 Une semaine en camping en Vendée (pardon les copains). Il pleut sur ta tente toutes les nuits, impossible de dormir. Quand enfin tu trouves le sommeil, il est 7h et il fait déjà 29°c dans ta tente. Enfin ta tente… Piscine serait probablement le mot le plus adéquat. L’eau s’étant infiltrée toute la nuit, ton matelas pourrait presque flotter. Quand tu rentres chez toi, tu auras beau avoir le lit le plus pourri du monde, tu vas l’adorer. Parce que tu relativises. 🙂

Deuxième raison, plus importante à mes yeux.

Te forcer à faire certaines choses que tu n’aimes pas développe ta force de caractère, te préparant aussi à surmonter certaines épreuves que tu n’as pas choisies.

Se lever tous les matins une heure plus tôt pour faire du yoga, c’est pas toujours la grosse marrade. Mais au final, tu sais pourquoi tu le fais. Pas seulement parce que ça t’aidera à passer une bonne journée. Mais aussi parce que, se forcer à sortir de son lit douillet alors qu’il fait – 8000 dehors, juste parce que tu l’as décidé, c’est de la force de caractère. Et c’est cette force-là qui t’amène doucement à une meilleure maîtrise de toi.

A New Plymouth en Nouvelle-Zélande, il y a un majestueux volcan que je peux passer des heures à observer. Le Mont Taranaki. Chaque semaine, des mecs du coin se font leur petite rando jusqu’au sommet à 2 500m d’altitude. 6h pour monter, 4h pour descendre. Des passages dangereux, du brouillard au sommet avec une visibilité zéro, du vent bref, faut être sacrément motivé.

Est-ce que ces mecs sont fous ? Est-ce qu’ils retirent vraiment du plaisir à monter là-haut tous les dimanches plutôt que de zoner dans leur canap’ comme tout le monde ?

Un jour, que j’étais partie faire le sommet, un ami de ma famille là-bas était venu déjeuner. Il avait fait le Taranaki dans la matinée et était redescendu à 11h. Cela va sans dire que le mec n’est pas parti à 1h du mat’ pour sa petite virée. 10h aller-retour, c’est le temps que mettent les gens “normaux”.

Evidemment qu’il est facile de roupiller jusqu’à 14h. Evidemment aussi que le mec qui se lève à 5h pour se faire ses 2 500m aimerait lui aussi rester ronquer jusqu’à l’heure du déjeuner. Mais il se lève, chaque semaine, et il y va.

Mont Taranaki

La volonté et le courage sont des vertus qui ne s’acquièrent pas en restant le cul vissé devant sa télé – même si, on est d’accord, parfois c’est tout ce dont on a envie 🙂 Ses qualités s’acquièrent en allant au-delà de notre zone de confort, en passant à l’action. Sans aller jusqu’à gravir le Taranaki, ce sont les petites actions du quotidien qui, mises bout à bout, viennent forger la discipline intérieure. La différence entre le mec hangover qui se lève tous les dimanches à 14h et celui qui rentre à 11h après sa balade matinale, c’est le contrôle qu’ils ont sur leur esprit.

Contrôle ton esprit, tu contrôleras tes actes. Contrôle tes actes, tu contrôleras ta vie.

→ Secret du bonheur n° 1

Le vœu de silence

Concrètement, voilà quelque chose qu’il est tout à fait possible de faire pour apprendre à dompter son esprit et mettre en pratique sa volonté. Apprendre à se taire.

Dans le bouquin, notre moine qui a vendu sa Ferrari évoque le fait de rester sans parler pendant au moins une journée. Honnêtement, c’est difficilement concevable dans notre vie actuelle. Donc à moins de vouloir passer pour un cintré auprès de son entourage, on peut envisager une solution moins radicale.

L’an dernier, j’ai écrit un article qui s’appelle Tais-toi et sois sage où je raconte comment le fait d’être privée de ma voix pendant des jours m’a transformée.

Bon, quand je dis transformée, faut pas déconner. Cette expérience m’a beaucoup appris et, depuis, j’essaye de faire attention à l’ouvrir un peu moins. Mais il me manque encore beaucoup de force de caractère pour être vraiment sage 😉

Néanmoins, ce fut une expérience très intéressante que je vous invite à découvrir, si le cœur vous en dit.

Dans le Vœu de Silence, ce n’est pas un problème de voix qui nous empêche de parler. Seulement nous-même. Essayons de voir jusqu’à quel point nous sommes capables de faire valoir notre volonté en nous gardant de l’ouvrir à tort et à travers. Et plus nous parviendrons à développer cette force intérieure, plus nous profiterons de tous les bénéfices dont j’ai fait l’expérience lors de mon mutisme.

Le Secret du Lac

Tu as découvert ce secret lors du premier épisode de la Saga du Bonheur. Le Secret du Lac, c’est s’entraîner à se projeter dans la réussite pour que celle-ci arrive.

Tu décides d’arrêter de fumer ? Imagine-toi chaque jour qu’en soirée, tu passes du bon temps avec tes potes, sans clope. Imagine que l’on t’en propose et que tu refuses. Imagine-toi ensuite satisfait d’avoir passé toute cette soirée sans craquer.

Tu veux perdre du poids ? Imagine-toi chaque jour avec la silhouette idéale que tu souhaites atteindre. Cette projection t’aidera à tenir le coup lorsque tu auras envie de craquer.

Si tu t’imagines tous les jours avoir réussi ton objectif, tu développeras alors une volonté et une discipline d’acier pour y parvenir réellement.

C’est fini pour aujourd’hui les happy yogis. Pour rappel, ces éléments sont tirés d’un livre extra intitulé Le moine qui vendit sa Ferrari. S’il vous intéresse, cliquez simplement sur l’image ci-dessous !

le moine qui vendit sa ferrari - clés du bonheur

Si ce n’est pas déjà fait, découvre sans plus attendre les autres clés du bonheur !

Clé du Bonheur n°1 : Entretenir le jardin

Clé du Bonheur n°2 : Garder le cap sur ses objectifs

Clé du Bonheur n°3 : La maîtrise de soi

Clé du Bonheur n°5 : Gérer son temps

Clé du Bonheur n°6 : Aider les autres

Clé du Bonheur n°7: Vivre l’instant présent

Exprimez-vous!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *