Clé du Bonheur n°5: Gérer son temps

Comment gerer son temps ?

Cette semaine, nous découvrons la nouvelle clé du bonheur à travers un vieil adage:

“Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait, rien ne se perdrait.”

Il rappelle que le temps reste notre bien le plus précieux. Toutes les autres clés du bonheur, la pensée positive, l’établissement de nos objectifs et priorités, la maîtrise de soi et le développement de notre force intérieure ne sont rien sans cette donnée “temps”.

Clé du Bonheur n°5

Utilise au mieux le temps qu’il te reste

Maintenant que j’ai choisi comment nommer précisément ce nouveau secret, je me demande si ça fait pas un peu flippant quand même ! Du genre, “Vite, magne-toi d’être heureux !” M’enfin c’est un fait, s’il y a bien une chose qu’il est impossible de créer, de changer ou de rattraper, c’est bien le temps. Alors autant l’utiliser à bon escient 😉

Avoir conscience du temps qui passe et en faire le meilleur usage serait, selon Le moine qui vendit sa Ferrari, la base de toute vie heureuse.

C’est drôle car, juste hier soir, j’ai revu un ami de longue date qui m’a confié vouloir changer sa vie et, pour se faire, passer plus de temps à s’intéresser aux autres et à se cultiver. Noble projet que je salue et encourage de tout mon cœur.

A 30 ans, il a réalisé qu’il avait passé, en cumulé, plusieurs mois entiers, nuit et jour, à jouer aux jeux vidéo. Bien que ce temps soit définitivement passé, il a maintenant toute la vie pour se consacrer à ce qui le rend vraiment heureux et prendre sa vie en main.

Maîtriser son temps, c’est maîtriser sa vie. Mais concrètement, comment s’y prendre ?

Organise ton temps

Plutôt que de se lancer tête baissée dans sa journée, prendre le temps de l’organiser la veille ou le matin même peut tout changer. En particulier si tu viens de méditer 😉 Evidemment, tu ne le fais jamais parce que tu te dis que c’est justement une perte de temps. Fausse bonne idée.

Cette semaine, j’ai pris la décision de mieux organiser ma vie pro. Quand on est indépendante, sans horaires, sans cadre, c’est absolument vital de savoir s’organiser. Perso, je suis toujours tentée par plein d’autres trucs qui m’attirent vers le côté obscur et m’empêchent de bosser. Je peux rester tout un mardi gloomy à mater des séries. Je peux décider, un jeudi aprèm’, d’aller au musée. Je peux partir sur un coup de tête en pleine semaine pour aller voir ma famille. C’est génial d’être aussi libre mais il y a une contrepartie. Bosser en pleine nuit pour finir une vidéo que je me suis engagée à lancer, rédiger mes articles pendant les “vacances” etc. Pourquoi ? Parce que jusqu’ici, je gérais super mal mon temps.

Mais ça, c’était avant. Je profite de ce petit moment de flottement avant la rentrée pour établir mon plan d’actions et m’or-ga-ni-ser. Plan sur un mois, une semaine, une journée. L’idée est de prendre du temps pour mieux le gérer. C’est aussi le meilleur moyen d’avoir la force nécessaire de passer à l’action et de ne pas passer ma vie à procrastiner.

Mais attention, organisation ne veut pas forcément dire planification rigide et immuable. Tout est adaptable. Si je craque en pleine semaine pour aller faire du shopping – le shopping, c’est mal et c’est pas très yogi, je sais – je devrais bosser 2 fois plus les jours suivants pour boucler ma semaine. Chose que je ne faisais pas forcément avant, laissant les choses traîner. Résultat, je taffais tout le week-end, parfois même en gueule de bois – boire, c’est mal et c’est pas très yogi, je sais.

La règle des 80/20

Selon cette règle, 80% des résultats de ta vie sont le fruit de 20% de tes activités.

En gros, 20% des actions que tu accomplies dans une journée ont une véritable influence sur ta qualité de vie et donc, sur ton bonheur.

Passer du temps avec tes enfants, tes potes, ton chéri. Faire de la musique, cuisiner, faire du yoga. Par exemple 🙂

A l’inverse, ce qui occupe souvent beaucoup de ton temps n’apporte pas nécessairement de valeur ajoutée à ta vie.

Jouer à CandyCrush dans le bus, passer 20 minutes à scrawler ton fil d’actu Facebook, regarder la télé, te prendre la tête sur des conflits au boulot, t’inquiéter pour rien, médire sur le voisin qui fait encore du bruit etc. Tout cela te prend non seulement un temps considérable mais aussi beaucoup d’énergie.

Si tu penses ne pas avoir le temps de mieux l’organiser, pense à toutes ces petites choses qui composent ton quotidien et qui ne valent finalement pas grand-chose. Demande-toi si ça ne vaudrait pas la peine de “sacrifier” quelques-unes de ces activités contre d’autres qui te rendent plus heureux•se.

gestion du temps

Dis “NON !”

Je ne te dis pas d’envoyer chier tout le monde, hein. Attention. Mais quand même, pense à toi.

Dire non, c’est s’offrir le luxe d’avoir véritablement le contrôle sur sa vie. 

Passer une soirée dans les transports parce que tu n’as pas pu refuser les 3 invitations de 3 groupes de potes différents, ça te parle ? Tu as voulu faire plaisir à tout le monde, passer du temps avec tout le monde. Résultat, tu passes plus de temps avec les contrôleurs RATP qu’avec tes potes. L’œil rivé sur ta montre, tu arrives à ta soirée pensant déjà à repartir. Il est où le kiffe ici ? Pense à toi et établis tes priorités.

Mais il y a peut-être encore plus difficile que de dire non. Apprendre à dire non sans donner d’excuses bidons. Il est là le défi ! Fais pas genre, hein. On te connaît et puis on l’a tous fait. Il a bon dos le chéri dans ces cas-là “Ouai nan mais il se sent pas bien, je pense qu’on pourra pas venir”. Cette excuse-là ou une autre, laisse tomber. Assume. Essaye, même juste une fois de dire la vérité, même si c’est pour dire “Désolée mais ce soir j’ai pas envie”. Je t’assure, p❁❁❁❁❁ ça fait du bien !

D’ailleurs, dire la vérité est le premier des Accord Toltèques: Avoir la parole impeccable.

Stop à la procrastination

Quand je n’ai pas envie de me poser pour écrire mon prochain article, tu n’as pas idée de l’énergie que je mets à faire tout un tas d’autres choses. Lancer une machine, ranger la cuisine, faire une liste de n’importe quoi, appeler ma mère, essayer tous les stylos pour voir ceux qui ne fonctionnent plus etc. etc. Je déborde d’imagination et d’énergie. Toi aussi ?

Voilà une citation du moine du bouquin qui m’a pas mal marquée:

“Les gens les plus productifs ont cultivé l’habitude de faire les choses que les gens les moins productifs n’aiment pas faire, même si eux non plus n’aiment pas le faire.”

Ça ne te rappelle rien ? Le secret n°4, la force de caractère.

Du coup, j’essaye d’éviter de trop procrastiner et, en effet, je me rends compte que je gagne un temps précieux !

La Mentalité du Lit de Mort

Il fait rêver ce titre, nan ? Bon d’accord, c’est ultra glauque. Mais qu’est-ce qu’il signifie ?

La mentalité du lit de mort, c’est simplement adopter une attitude de vie comme si tu devais mourir demain.

Ça te rappelle un truc ? Mais siiiiii ! “Cueille le jour”. Carpe Diem, enfin !

Et non, ça ne veut pas dire “Va craquer ton PEL pour t’offrir une Lamborghini ou un aller simple pour Hawaï.” T’emballe pas, c’est pas vraiment l’idée.

Vivre comme si tu devais mourir demain, c’est vivre en te demandant régulièrement “Et si c’était mon dernier jour sur terre, est-ce que je serai heureux•se de ce que j’ai fait ?”

Je suis obligée de citer à nouveau les Accords Toltèques car l’un de ces accords traduit parfaitement cette mentalité du lit de mort.

Cet accord est tout simple: Fais toujours de ton mieux.

Exemples

Si c’était ton dernier jour, plutôt que de gueuler sur ta boulangère qui t’a vendu du pain rassis la veille, tu peux lui faire remarquer gentiment et peut-être même qu’elle t’offrira un croissant pour s’excuser. Bon OK, peut-être qu’il n’y a que moi qui est capable de gueuler sur ma boulangère pour du pain rassis ? F❁❁king Pita

Si c’était ton dernier jour, peut-être qu’au lieu d’insulter le mec qui vient de vider son cendrier dans la rue, tu le laisserais faire, impuissante, mais détachée. Ou peut-être pas en fait. Je sais pas. Toi, tu ferais quoi ?

Si c’était ton dernier jour, peut-être que tu dirais plus souvent “Je t’aime” “Pardon” “Merci” ?..

Bref, cueille le jour, et surtout, vis happy ! 🙂

 

Pour rappel, cette Saga du Bonheur s’inspire très largement d’un super bouquin que j’ai lu il y a quelques mois et dont je voulais vous partager l’essence.

Il va sans dire qu’il y a pléthore de moyens d’être heureux et que ceux issus du bouquin ne prétendent pas incarner LA vérité absolue sur le bonheur.

Aussi, il est évident que le fait de ne pas appliquer ces “conseils” ne nous empêchera pas d’être heureux.

Autrement dit, cette saga n’a pas pour but de nous culpabiliser. Nous sommes tous humains et vivons tous avec nos habitudes. Les bonnes et les mauvaises. Ce qui nous réunit autour de ce blog, en plus du yoga, c’est notre envie de devenir quelqu’un de meilleur. Et c’est notamment à travers cette saga, dont j’essaye chaque jour de piocher le meilleur, que je pense tendre vers une vie encore plus épanouie.

A la semaine pro pour la clé n°6 !

le moine qui vendit sa ferrari - clés du bonheur

Si ce n’est pas déjà fait, découvre sans plus attendre les autres clés du bonheur !

Clé du Bonheur n°1 : Entretenir le jardin

Clé du Bonheur n°2 : Garder le cap sur ses objectifs

Clé du Bonheur n°3 : La maîtrise de soi

Clé du Bonheur n°4 : Développer sa volonté

Clé du Bonheur n°6 : Aider les autres 

Clé du Bonheur n°7: Vivre l’instant présent

Exprimez-vous!

2 Comments

  1. Comme d’habitude, en accord a 200% Avec mes valeurs 🙂
    Pita… quand tu nous tiens..j’y travaille !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *