Comment choisir sa formation de prof de yoga ?

comment choisir sa formation de prof de yoga

On y est. Te voilà yoga addict. Tes potes te trouvent de plus en plus bizarre, ton corps a changé et, on peut le dire, depuis que tu fais du yoga, tu te sens hyyyyyper bien. Tu déroules maintenant ton tapis plus d’une fois par semaine et tu as teeeeeellement besoin de ce moment à toi. Côté boulot, ça fait un bail que tu te demandes ce que tu fous là et que tu veux donner un VRAI sens à ta vie parce que merde quoi, on n’en à qu’une ! Maintenant que tu as trouvé peu ou prou l’équilibre, pourquoi ne pas répandre la bonne parole ? Prof de yoga, la réponse à toutes tes questions. Mais une subsiste pourtant… Quelle formation ? Comment choisir l’école qui fera de toi le/la prof de yoga que tu as toujours rêvé d’avoir ?

Te voilà parti•e à la conquête du teacher training parfait. Tu tapes sur Google “formation prof de yoga” et là, hum, comment dire. Bah t’es largué•e. Noyé•e parmi les propositions qui fourmillent sur la toile, tu ne sais plus où donner de la tête.

Quel style de yoga pour ma formation ? Tout le monde veut du vinyasa en ce moment mais f***, connaître la base avec un bon vieux yoga teacher training en hatha, ça peut être pas mal pour démarrer, non ?

Partir pour encore 3 ans d’études et rogner sur mes week-ends ou plier le tout en 2 semaines ?

Faire ça près de chez moi ou en profiter pour m’offrir du bon temps à Bali ?

Et cette histoire de certification Yoga Alliance, ça sert vraiment à quelque chose ?

Voici quelques infos ô combien subjectives et non exhaustives car directement rattachées à mon expérience perso. J’espère de tout cœur qu’elles t’aideront à choisir ta formation de prof de yoga.

Ici, pas de formule magique pour trouver LA formation parfaite. Seulement quelques conseils et infos que j’aimerais partager suite à 2 expériences de yoga teacher training totalement différentes. La première en 4 ans avec Claude Maréchal, en Viniyoga. La seconde en 1 mois, en Inde, chez Samyak Yoga.

Alors, quels critères prendre en compte pour choisir la formation de prof de yoga idéale pour toi ?

ladilafé*

Le premier conseil que je peux te donner si tu te lances dans l’aventure, c’est d’écouter les autres. Ceux qui sont passés par là avant toi et qui peuvent te raconter leurs expériences. Encore une fois, tu seras confronté•e à des avis certes subjectifs mais non moins intéressants.

Ecoute les conseils, fais le tour des réseaux sociaux, des amis d’amis, et n’hésite pas à poser des questions. Le prof de yoga est un spécimen de nature plutôt sympathique et nul doute qu’il sera enclin à te parler de son expérience.

Durée de ma formation de yoga ?

THE question. Certainement d’ailleurs la première que tu vas te poser.

Alors non, ne t’attends pas à ce que je jette la pierre de lune aux formations express – 2 semaines pour devenir prof de yoga, voire moins. Personnellement, je les appelle les “speed-training”. Si elles existent et qu’elles fonctionnent, tant mieux pour elles, il y en a certainement qui font du bon boulot.

Comme quoi décidément, ce voyage en Inde m’aura fait un bien fou en termes d’acceptation et de tolérance ! 😀

Bref, ceci étant, voici mon expérience.

Formation longue

6 à 8 week-ends plus 10 à 15 jours de stages intensifs sur toute l’année. Le reste du temps, je profitais de mes week-ends avec les copains et je continuais à vendre des chaussures chez Spartoo. En somme, on ne peut pas dire que l’adjectif “intensif” soit le plus représentatif de cette expérience. La preuve…

Je vais être franche avec toi. La première année de ma formation, je n’allais même pas au yoga toutes les semaines. J’en faisais “régulièrement” mais clairement en dilettante. La deuxième année, j’étais déjà beaucoup plus assidue et ai commencé à avoir des périodes où je pratiquais tous les jours. Courtes périodes.

Fin de deuxième année, j’ai eu une révélation avec la méditation et j’ai commencé à m’engager véritablement sur le chemin du yoga. J’étais beaucoup plus dans le truc. Cet engagement a commencé à se ressentir aussi dans mon comportement avec les autres et avec moi-même. Le changement était en marche !

Bref, comme tu vois, j’ai pris mon temps et je ne le regrette pas une seule seconde. Le top d’une formation longue, c’est ce temps que tu prends à mûrir et à avancer intérieurement à ton propre rythme. Pour moi, c’était essentiel.

Formation courte

Après ces 4 ans, j’étais prête pour une formation sous un autre format. J’avais envie de tester l’intensité des yoga teachers training sur un mois.

Totalement immergée dans cet enseignement, j’ai vu mon corps métamorphosé en 4 semaines de temps. J’ai aimé cette pratique intense, à la fois physique, mais pas que. On passait notre temps à chanter des mantras et des kirtans et émotionnellement, ça a remué pas mal aussi.

Un mois à manger boire dormir et penser yoga. Un mois pour t’en mettre plein la tête mais… pas le temps de réfléchir. Tout passe tellement vite et on a tellement à faire. La tête dans le guidon, ou plutôt dans les étoiles, tu déconnectes totalement de la réalité. Pas le temps de prendre du recul sur ce qui nous arrive, ce qui change en nous, là, juste maintenant. Et le retour à la réalité, je vais être franche, ça fait mal.

Néanmoins, ce voyage m’a changée et, je le crois, pour de bon. La preuve, ce billet que j’ai écrit quelques semaines après mon retour → Voyage en Inde, et après ? 

 

formation prof de yoga

La pédagogie

Question: Tu fais un Yoga Teacher Training Course (TTC pour les intimes) pour être un bon professeur de yoga… ou un bon yogi ?

Vraie question parce que la réponse est moins évidente qu’il n’y paraît. Même s’il est vrai qu’un professeur de yoga se doit avant tout de vivre le yoga au quotidien, être pédagogue, ça peut aider aussi.

Avec Claude, ce que nous avons surtout appris question pédagogie, c’est la construction des séances. Pri-mor-dial en viniyoga. Etudes approfondies des asanas et surtout de leurs adaptations. Appui particulier sur les contre-indications pour chaque posture. Bref, on s’approche doucement de la yogathérapie. D’autant plus que l’on étudie aussi beaucoup l’enseignement individuel. Cher à Claude comme il l’était à Desikachar, la transmission en one-to-one, comme on dit à New-York est essentielle.

Chez Samyak, pas de construction de séance mais une étude également approfondie des asanas. Plus particulièrement, de l’ajustement des asanas. C’est là, je pense, l’un des grands points forts de cette école. On y apprend en détails comme ajuster l’élève pour l’amener le plus près possible de la posture aboutie.

J’en vois déjà qui font la grimace… Relax. Dans l’ajustement des postures (terme plus politiquement correct que “correction”), il y a généralement 2 camps. Les pour et les contre. Facile. Les pour corrigent ajustent physiquement les élèves. Les contre estiment que chacun à le corps qu’il a et qu’on n’a pas à aller rechercher la posture parfaite. Traitez-moi de Macron si vous voulez mais je suis plutôt d’accord avec les 2.

Je n’aime pas l’idée de la posture parfaite. Mais… j’aime le fait que l’on puisse guider l’élève plus loin que ce qu’il imaginait. Et il est là, le véritable art de l’ajustement postural. Montrer à l’élève qu’il est capable, l’emmener vers une posture où il se dira “Wahou j’aurais jamais cru que je pouvais faire ça !”.

Pour revenir à nos moutons, Samyak insiste vraiment sur cet ajustement et nous fournit à ce niveau une formation d’excellente qualité.

Là où ça pèche, c’est qu’aussi intensive que puisse être une formation, un mois, ça reste court. A la fin du séjour, mes amis de Samyak ont commencé à poser tout un tas de questions pratiques sur l’enseignement: “Comment fait-on pour créer des séances ?” “Que proposer à des débutants ?” “A des personnes qui ont des problèmes de dos ? de genou ?” “Comment créer une pratique progressive, sur plus ou moins long terme ?” etc. Et là, malheureusement, le temps étant vraiment compté, la seule réponse obtenue a été “Vous verrez avec l’expérience“. Dommage. Je trouve que, sur ce point, on a manqué de temps pour aborder ces questions essentielles plus en détails.

La philo

Que serait le yoga sans sa philosophie ? Sans notre bon vieux Patou et ses comparses ? Probablement rien. Selon moi, une formation de prof de yoga doit transmettre les bases de la philo du yoga. Les bases, et plus si affinités.

Chez Samyak, j’ai aimé la manière dont cela nous a été transmis. Encore une fois, un mois c’est très court pour aborder toute la complexité de la philosophie yogique. Mais les cours proposés engageaient véritablement à la réflexion et l’essentiel a pu être dit. Du moins, l’essentiel pour commencer son engagement dans le yoga. Evidemment, difficile d’aller en profondeur sur une si courte période. Si tu aimes la philo et que tu as envie de creuser, ou que tu connais déjà les Yoga Sutras, attends-toi quand même à te sentir frustré•e de ne pas pouvoir passer la seconde.

Avec Claude, nous avons vu les 2 premiers livres des Yoga Sutras. Les 2 livres… en 4 ans. Sans compter les lectures personnelles que tu as le temps d’étudier. Autant te dire que question profondeur, y’a du level. Mais là encore, si la philo c’est pas ton truc et que tu recherches simplement 2 ou 3 bases, tu risques de trouver le temps un peu long…

Se former ici ou ailleurs ?

Et pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups en s’offrant quelques vacances au soleil tout en se formant au yoga ? A durée de formation égale, la seule chose qui change pour moi entre la formation ici ou là, c’est l’immersion.

Si tu te formes près de chez toi, tu sors du studio après les cours et tu retrouves ta vie normale. Le même entourage, les mêmes conversations, les mêmes soucis du quotidien et, même si le yoga t’aide, tu restes pollué•e par les mêmes émotions.

Loin de ton quotidien, l’immersion est totale. Alors oui, tu es perché•e. Tu rencontres des gens qui sont comme toi et tu peux parler d’énergie ou de réincarnation sans que l’on te croit piégé•e dans une secte. Tu as laissé tes soucis derrière toi et, nuit et jour, tu es là pour le yoga. Et ça, j’avoue que si tu as les moyens, fonce.

Yoga Alliance ou pas ?

Je n’ai jamais accordé d’importance à ce genre de certification. Ahahah, et je viens de me rendre compte que je ne sais pas si oui ou non mon école Viniyoga est “certifiée”. Je m’en fous en fait.

Pour moi, cette histoire de Yoga Alliance était plutôt une question de business qu’un véritable gage de qualité des formations. Et… bah semble-t-il que je n’avais pas tort.

Arvind, l’un de nos professeurs de Samyak, nous l’a confirmé un jour en nous expliquant que Samyak était en effet validé par Yoga Alliance pour leur programme en 200h et 300h. Mais, je cite “ils n’ont jamais fait d’enquête sur nos programmes. Ils ont pris l’argent et en échange, on avait notre certif”.

Cela dit, je comprends que ça rassure certains futurs profs de se tourner vers des formations “certifiantes” i.e. estampillées Yoga Alliance. Si si, vraiment, je peux le comprendre. Mais tant que le métier de professeur de yoga ne sera pas officiellement reconnu et le marché cadré, il faudra surtout faire confiance au “ladilafé”* 😉

Ma formation est-elle suffisante pour enseigner ?

Arf. Tough question. Mon capital sympathie risque d’en prendre un coup mais qu’à cela ne tienne ! Pour moi, un yoga teacher training ne doit pas être considéré comme une fin en soi. Il doit permettre au contraire d’ouvrir d’autres portes pour continuer dans le chemin du yoga.

J’ai toujours pensé qu’un prof de yoga était avant tout élève et je le revendique encore. On a tant à apprendre. La pratique perso est une chose mais s’enrichir des autres, wahou quoi. C’est pas mal aussi, non ?

Evidemment, il y a aussi des exceptions. Si je prends mon amie Claire par exemple, que j’admire beaucoup (big up Claire, c’est ton moment !), elle a fait Samyak il y a quelques années et c’est une excellente prof de yoga qui se nourrit de bien d’autres choses. Elle ne cumule pas les formations et les diplômes pour parfaire son enseignement. Ce n’est juste pas ce dont elle a besoin.

Bref, chacun son truc. Pour ma part, ces 2 formations m’ont tellement apporté que, forcément, j’ai envie de poursuivre l’aventure. Encore une fois, on a toujours un truc à apprendre.

Ce qui est certain pour moi, c’est que notre première et véritable formation en tant que prof, c’est notre façon de vivre le yoga au quotidien. Et ça, Samyak n’a eu cesse de nous le rappeler. Vivre le yoga passe par l’étude et l’application de l’Ashtanga Yoga, les 8 branches du yoga.

Conclusion, c’est quoi une bonne formation de prof de yoga ? Réponse, y’en a pas. Essayons de voir les choses telles que le yoga les envisage, i.e. sans ces notions de bien et de mal. Quelque-soit sa durée, son enseignement, ses profs, son lieu ou sa certif’, il y aura toujours quelque chose à en tirer. Fais confiance aux autres, fais toi confiance et tu trouveras celle(s) qu’il te faut !

Il y aura forcément des points que je n’aurais pas abordés alors si d’autres questions vous tarabustent, n’hésitez pas à les poser en commentaire !

*la dit la fé : oui je craque et je mets maintenant du créole réunionnais dans mes articles. Plutôt un terme péjoratif d’ailleurs qui signifie “ragots” mais je l’aime bien ce mot 🙂

 

Exprimez-vous!

17 Comments

  1. Alors définitivement d’accord avec toi sur le ladilafé qui m’a évité pas mal d’erreurs pendant mes recherches et surtout m’a permis de faire une super formation !
    Par contre, j’avoue être un peu perplexe des écoles qui ne te donnent pas les bases pour créer une séquence “secure” ou des ajustements/pistes pour les débutants ou les gens ayant des problèmes de santé que l’on rencontre souvent dans nos cours… Je dois dire que ça m’aurait fait peur de me lancer sans ces bases mais comme tu le dis si bien, cette première formation de 200h n’est au final que le début de l’aventure et être dans de l’apprentissage et de la formation continue reste pour moi essentiel pour me sentir à l’aise sur mon tapis en face d’élève 🙂

    • Hello Leslie ! En réalité, les cours très techniques que nous avions concernant les asanas nous ont permis d’étudier, pour chaque posture, si celle-ci était adaptée ou non pour les débutants ainsi que toutes les contre-indications (ex: Ustrasana posture non adaptée pour les personnes ayant des problèmes de dos, genoux, cervicales. Etc.). L’école nous a également remis 3 exemples de séquences, que nous avons d’ailleurs pratiquées pendant un mois. Enfin, nous avons aussi un exemple de séquence en fonction du temps de la séance (hatha sur 1h, 1h30, 45min). Mais il est vrai que comparé à l’école Viniyoga, la construction de séance n’a pas été abordée en profondeur.

  2. Salut Emilie,
    J’espère que tu n’as pas pris mon commentaire pour une critique sur la qualité de la formation que tu as fait, en suivante tes aventures sur tes vlogs j’ai bien compris qu’il s’agissait une formation sérieuse 😉 C’est un ressenti très personnel et surtout une question de confiance en moi, et je pense que j’aurais été un peu perdue sans mes cours de “sequencing”. Belle journée à toi 🙂

    • Coucou Leslie ! Oh non pas du tout, ne t’en fais pas ! 🙂 Je préférais juste développer un peu pour que les lecteurs ne se fassent pas une idée erronée de cette formation. C’est vrai que certaines choses ont manqué mais lorsque tu as dit “écoles qui ne te donnent pas les bases pour créer une séquence “secure” ou des ajustements/pistes pour les débutants”, je voulais m’assurer que l’on ne pense pas que Samyak faisait partie du lot 🙂 Et tu as tout à fait raison d’ailleurs ! Je pense que ce genre de cours “sequencing” est essentiel 🙂

  3. Hello Emilie, Merci pour cet article bien détaillé.
    IL n’est pas forcément facile de s’y retrouver tant les formations sont variées.
    De mon côté je pense opter pour un mix entre les deux, une première formation de 200 h en France, sur 6 week-ends, plus deux fois une semaine en immersion. Pour moi c’est un bon compromis (pas facile de prendre 4 semaines d’un coup quant on a une famille…et puis cela me permettra de prendre le temps de bien assimiler).
    Je dois passer un cours + entretien avec le prof, j’espère juste que j’aurai le niveau!
    Bonne journée.

    • En effet, dans ta situation cela me paraît être un parfait compromis ! Et ne t’en fais pas pour cette histoire d’avoir le niveau ou pas, suis cette formation avec ton cœur et tout se passera bien ! 😉

  4. Zouglougloute

    Huhu, serait-ce un signe ton article ?! Nan parce qu’en terme de questionnement “ferai-je une formation de prof de yoga ? Ouais mais plus pour approfondir ma pratique perso … ouais mais en même temps, transmettre c’est pas mal aussi … ??!?!?”, j’suis pas mal en plein dedans 😄!
    Après, niveau confiance en moi, j’suis plutôt dans le négatif (j’y travaille, j’y travaille #merkiyoga 😉), ce qui donne des trucs genre “je ne suis pas assez souple/douée/j’ai rien dans les bras pour tenir chaturanga … and co pour faire une formation certifiante” (pourtant je sais qu’il n’y a pas forcément besoin de tout ça vu que tu restes élève presque ad vitam eternam hein 😉)! Est-ce qu’il faut connaître les Sutras de Patou sur le bouts des doigts ??
    (rassure-moi, pas besoin de maîtriser -encore- Sirsasana pour en faire une formation ni savoir réciter les sutras ?? 😅)
    Et pi pareil, comment fais-tu pour financer tout ça ? Et pi, est-ce que tu peux en vivre de cette passion ? Et pi … et pi … j’vais me détendre avec une infu, faire le cadavre, et j’reviens 😂😉
    (Hein qu’on la sent la fille qui se pose mille questions alors même qu’elle est capable de prendre des décisions un peu folles et impulsives 🙈😁)

    • Ahahah je crois que j’arrive à capter ce fourmillement de questions 🙂 En tout cas, si cet article a pu t’aider à y voir un peu plus clair, j’en suis ravie. Une petite méditation entre ton infu et ton cadavre (au passage, ahah j’adore !) et je suis sûre que toutes tes questions, aussi nombreuses soient-elles, trouveront leurs réponses. 😉

      • Zouglougloute

        Hahaha, merki pour ton retour hautement éclairant ;P ! (en vrai, ce sont de vraies questions que je te pose hein 😉 !)
        Arf, et je crois que si on se pose la question d’être prof, c’est qu’on a déjà entamé un bout de cheminement … reste à voir si ce cheminement va plus loin xD !

        • Ah ! Au temps pour moi ! Alors attends, je vais prendre le temps de répondre à tout ça et reviens vers toi vite vite ! 🙂

        • Alors… si je reprends tes questions, ça donne:
          Est-ce qu’il faut connaître les Sutras de Patou sur le bouts des doigts ?? Non ! Pas par coeur évidemment (Quoi que dans mon école Viniyoga, tu sais que Claude les connaît par coeur en sanskrit et en français et qu’il rêve que ses élèves les sachent aussi… enfin, dans cette formation on nous les a tellement rabâchés que ça finit par rentrer). En revanche, évidemment, c’est bien d’avoir quelques notions sur le sujet. Mais no panic à ce niveau là 😉
          (rassure-moi, pas besoin de maîtriser -encore- Sirsasana pour en faire une formation ni savoir réciter les sutras ?? 😅)
          Et pi pareil, comment fais-tu pour financer tout ça ? Et pi, est-ce que tu peux en vivre de cette passion ? Pour financer, ma banque, c’est moi 🙂 Pas de financement particulier, jusqu’à maintenant j’ai tout payé toute seule. Est-ce que tu peux en vivre ? Oui, j’y crois ! Je n’y suis pas encore mais je m’en approche doucement. D’ici la rentrée prochaine, je pense que ça devrait le faire. D’après ce que j’ai compris, ce quei paye le mieux ce sont les retraites yoga. Un bon complément aux cours…
          Je passe sur le fait que tu n’es pas assez souple selon toi etc. Tu es parfaite comme tu es, déjà 😉 Et en plus, si tu veux travailler ton corps, ya pas de secret. Pratique pratique pratique ! 🙂
          Hum c’est déjà plus clair du coup ? 😀

          • Zouglougloute

            Roooh, merki pour ton retour tout complet 🙂 ! (bon, en soit, je les connaissais les réponses, m’enfin c’est d’autant plus rassurant de l’entendre de quelqu’un qui en a l’expérience 😉 !)
            Bon ben, y’a plus qu’à comme on dit, non ?! 😉
            (huhu, j’avoue que je suis pas mal attirée par la formation de Viniyoga … ahem, voui, je suis aussi une persuadée que le yoga peut s’adapter à chacun selon ce qu’il est et là où il en est, suivant ses besoins -déformation professionnelle quand tu nous tiens même pour le yoga bonjouuuur xD-)
            (bref, je m’égare 😉 )
            Sur ce, passe un joli yogique week-end 🙂 (et merki encoooore 🙂 )
            Namasteeee 😀

          • Exactement ! Y’a plus qu’à ! 😉

  5. ladilafé ! je le resortirai celui-là ! Maurice d’origine réunionnaise ne connaissait même pas non plus 🙂

    Super article j’ai adoré, comme d’hab tu m’as bien fait rire, mais surtout tu m’as éclairée sur pas mal de chose (Yoga Alliance! WTF!)

  6. Bonjour Emilie,
    Si je comprends bien tu as fait une formation longue de 4 ans puis 1 mois intensif en Inde, j’aimerai commencer une formation mais plutôt d’une durée de 6 mois ou 1 an, sais tu si cela existe? Et si oui connais tu de bonnes écoles de formation sur Paris?
    Et Bravo pour ton blog, j’adore 🙂
    Karine

    • Hello Karine ! Oui, c’est tout à fait ça. Je ne connais pas du tout les formations en 6 mois ou 1 an. La seule que je connaisse un peu sur Paris, que je peux te conseiller car j’ai de très bons retours est la formation en 3 ans de Yoga Shanti. Je sais aussi que Samyak vient à Paris une fois par an pour un mois intensif. Mais pour un format entre les deux, je suis désolée de ne pouvoir t’aider. J’espère que tu trouveras ton bonheur en tout cas ! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *