Ecoute, ton corps te parle

Ecoute, ton corps te parle

“Cher corps, pardonne-moi. Pardonne-moi de ne pas avoir été là. Cela fait des semaines mois que je ne m’occupe plus de toi. Des mois que je ne te prends même plus la peine de t’écouter. Chaque jour, je rappelle aux élèves combien il est important d’écouter son corps et d’en prendre soin. Et je continue de faire comme si cela ne me concernait pas.

Résultat, tu as dû employer les grands moyens pour me faire comprendre que j’avais déconné. Jamais je ne t’avais connu si maigre, si fragile. Rarement je t’avais vu aussi tremblant, aussi fébrile. Fin 2016, j’ai voulu te donner l’opportunité de faire un break. J’attendais avec impatience cette semaine de repos pour que toi et moi, ensemble, on puisse enfin se ressourcer. Mais l’abus des bonnes choses et des moins bonnes me laisse entendre aujourd’hui que je me suis trompée.

Jusqu’ici, j’avais eu la prétention de te croire invincible. Petite fatigue, baisse de forme, maux de tête, ventre, ok, ça arrive à tout le monde. Quelques gouttes de mes huiles magiques et il n’en paraissait plus. Et comme pour pousser le vice à son max, tu me laisses tomber juste maintenant.

Ce mois de Janvier devait être décisif. Les propositions pleuvent, nouveaux contrats, nouveaux cours, nouveaux élèves. Je dois être au top, ne décevoir personne. Sauf que cette fois, ce n’est plus moi qui décide. C’est toi. Et puis dans 20 jours, je pars pour l’Inde. Je m’étais donné un mois pour t’y préparer. Intensifier ma pratique du yoga, manger mieux, dormir plus. Tout pour que tu sois en pleine forme et supporte la vie intense qui t’attend là-bas. Mais j’ai tellement repoussé tes limites que, depuis une semaine, je peux à peine assurer mes cours normalement. Tu ne me réponds plus.

Pardon de ne pas t’avoir écouté plus tôt et de t’avoir laissé tomber. Tu ne m’avais jamais fait un coup pareil et je sais aujourd’hui que c’est parce que je suis allée trop loin. Je t’ai mis à l’épreuve d’une activité intense dont tu n’as jamais eu l’habitude. J’ai enchaîné les heures de cours, les kilomètres à vélo dans la pollution, les moments de stress à l’approche de la fin de mon chômage et les soirées arrosées pour les surmonter. Je ne te nourrissais plus qu’une seule par jour, par flemme, par manque de temps.

J’ai été ridicule. Et aujourd’hui je te sens tellement faible et fragile que j’en ai même du mal à penser.

Quel comble de voir une prof de yoga s’éloigner autant des fondements de sa discipline. Yoga, un mot qui signifie, “joindre”, “unir”, “lier ensemble”. Le yoga tend à harmoniser tout ce que nous sommes, à unir notre corps et notre esprit. Or ces derniers temps je ne me suis jamais autant sentie loin de toi. J’ai continué à pratiquer le yoga presque quotidiennement mais je crois que je ne l’ai pas fait pour toi. Je l’ai fait contre toi. D’abord, parce qu’avec cette mode du Vinyasa et ces studios qui me demandent de plus en plus de l’enseigner, j’ai dû me mettre à cette pratique plus intense, rapidement et sans écouter ce que tu avais à en dire. Je t’ai entendu plus d’une fois protester, mais… il faut bien bosser. Alors j’ai pratiqué le “yoga boulot”. Le yoga que l’on pratique pour ses élèves, pour être un meilleur enseignant. Même les cours que je prenais pour moi, j’avais l’impression de bosser. Le yoga était devenu un travail à 100% au détriment du plaisir. Je n’avais rien compris.

Alors aujourd’hui, j’ai pris mes dispositions pour me faire remplacer ou annuler mes cours. Je crois que tu as le droit à un peu de repos.

Et cette journée en tête à tête avec toi me ramène à une réalité que je n’avais jamais considérée. Il y a une chose qu’il faut que tu saches. Au-delà du fait que je t’aime et que je veux prendre soin de toi pour ce que tu es, j’ai besoin de toi pour gagner ma vie. Moi qui ai toujours gagné ma vie grâce à ce que j’avais dans la tête, c’est maintenant à toi de jouer. Mais rassure-toi, pour moi non plus, c’est pas facile à accepter.

Cher corps, le message est bien passé. On arrête les conneries. J’adapterai mes repas en fonction de mes heures de cours, même si je dois ptit-dèj à 6h et dèj à 15h. J’arrêterai d’essayer de me lever tôt lorsque je n’ai pas cours pour éviter de culpabiliser. Je vais aussi te laisser le temps de t’adapter à une pratique de yoga qui mêle hatha et vinyasa parce qu’au fond, les 2 sont complémentaires, et je les aime bien ces 2 là. Et surtout, je vais te donner plus de Viniyoga, car je sais que c’est la meilleure pratique pour toi. Entre nous, c’est la meilleure pour moi aussi.”

 

Ton corps parle. Par l’union corps/esprit, la pratique du yoga te permet de rendre cette écoute d’autant plus subtile. T’inciter à prendre la bonne décision, t’éviter de prendre la mauvaise, t’empêcher de tomber malade, de te faire mal, de te retrouver dans une situation compliquée. Ton corps peut te dire tout ça si tu sais l’écouter. Ne fais pas comme moi, écoute-le.

 

 

Exprimez-vous!

4 Comments

  1. Emilie, je n’avais pas encore laissé de commentaire alors que ce billet m’a beaucoup touchée. J’en ai parlé à une amie aussi prof et qui a un rythme d’enfer, en lui disant “fais attention”. J’espère que tu vas un peu mieux. Tu vas vivre une expérience très intense dans moins de 2 semaines, il est important que tu partes là-bas pas trop épuisée. C’est l’erreur que j’ai faite et je ne m’y suis clairement pas reposée. Mais tu vas aussi te régénérer : une pratique aussi intense va te permettre de casser une routine parisienne difficile, la nourriture (pas light du tout) devrait te requinquer, etc.
    On va boire un thé quand tu veux, mon mail est ci-dessous, ça me fera très plaisir.

    • Hello Camille, merci ton gentil message qui me va droit au cœur ! Et oui, ça y est, les choses rentrent vraiment dans l’ordre petit à petit. Je fais beaucoup plus attention à mon corps, je le nourris comme il faut et j’y vais tout doux avec le yoga et le sport 🙂 Je serai prête dans 2 semaines pour l’Inde, ça va le faire ! Hâte d’y être, on ira se boire un thé à mon retour que je te raconte tout ça, avec grand plaisir ! xx

  2. Waouw, tes mots m’ont beaucoup touché Emilie. J’ai fait un burn out la derniere année de ma formation de professeur (Iyengar) et malgré ça je n’ai pas écouté et respecté mon corps comme je l’aurais du. Ce yoga tellement pointu qui te demande toujours plus m’a fait dépasser les limites mais à un prix. Aujourd’hui, je pratique quelque chose qui n’est pas du tout dans l’esprit de ma formation. Je prends le temps de m’accorder du repos (heureusement, il y a aussi beaucoup de postures restoratives dans ce yoga) et je ne cherche plus a etre meilleur mais juste à être moi-même. Et si ma pratique personnelle sort des sentiers battus, elle me nourrit et me permet d’apprendre autrement. Profite de ton séjour en Inde pour te ressourcer. Prends soin de toi.

    • Hello Letizia ! Merci de partager ton expérience aussi. Wahou, Iyengar en plus, je comprends que ton corps ait dû un peu morfler ! Ils blaguent pas trop avec ça, eux 🙂 J’aime beaucoup ta conclusion. Ne pas chercher à être meilleure, juste toi. C’est exactement ça. Merci pour ce commentaire très inspirant. Take care toi aussi ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *