Ashtanga Yoga : les 5 choses que tu te dis quand tu débutes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Aujourd’hui, c’est avec un plaisir non dissimulé que j’accueille sur le blog Valérie Allibé, qui nous parle de sa passion pour l’Ashtanga Yoga et qui nous raconte, non sans humour, la première fois 😉

Ça y est tu as enfilé ton tout nouveau tout beau legging de yoga, ton tapis est prêt, déroulé, et toi, tu es dans les starting-blocks pour ton tout premier cours d’Ashtanga yoga. Certes, tu as entendu dire que l’Ashtanga était un yoga dynamique, mais qu’à cela ne tienne, aujourd’hui, tu as de l’énergie à revendre !

Et pourtant… pleine forme ou non, voici les 5 choses qui risquent de te passer par la tête pendant le cours :

« Mais non, encore ?! Mais je suis déjà morte !! »

En Ashtanga yoga, la série commence par des salutations au soleil A et B. On démarre toujours par la salutation A, la plus simple, puis on enchaîne avec la B, plus exigeante.

Et là, c’est le moment de revoir tous les préjugés que tu avais sur le yoga !

Quand les gens te diront « Tu fais du yoga, ça va, c’est tranquille !», tu voudras traîner ton pote qui fait du cross-fit pour lui montrer que non, mais alors pas du tout, le yoga ce n’est pas tranquille !

« Merci !! J’en avais vraiment besoin ! »

L’une des particularités de l’Ashtanga yoga, c’est qu’il fonctionne par série. À chaque cours, on enchaîne donc les mêmes postures, toujours dans le même ordre.

Alors, quand tu passeras aux postures debout, il y aura une série de postures qui vont étirer les muscles des jambes. Typiquement, parivrtta trikonasana (appelée aussi trikonasana B), prasarita padottanasana ou encore parvottanasana .

Posture de yoga : le triangle en torsion ou parivrtta trikonasana

Si tout va bien, la ou le professeur.e devrait te suggérer de prendre une brique de yoga pour t’aider. 

Et là tu vas te dire « Merci !!! J’en avais vraiment besoin !! » parce que sans brique, personne ne sait dans quel état tu aurais retrouvé tes muscles !

« Pourquoi je n’y arrive pas de ce côté ?? Alors que ça passait de l’autre !! »  

On dirait pas comme ça, mais nous sommes des êtres asymétriques. Nous avons toujours un côté plus fort, plus souple, une jambe sur lequel l’équilibre est plus facile, etc. C’est normal, et surtout c’est pas grave.

L’intérêt du yoga, justement, c’est de venir rééquilibrer l’ensemble du corps pour faire en sorte de moins pâtir de ces petites ou grandes asymétries.

Alors, oui, attends-toi à être très surpris.e par ton corps et à le re-découvrir au fil des pratiques !

« J’en peux plus, achevez-moi ! »

Après environ 40-45 minutes de pratique de postures debout, arrivent les postures assises. L’espoir t’envahit. Tu crois que ça y est, le plus dur est passé. Tu penses que tu vas pouvoir te reposer un peu. Bah oui, normal, tu vas rester assis.e !

La première posture de la série arrive. Relâchement total. ça fait un bien fou, et même plus besoin de forcer.

Mais attention ! Pardon de te le dire, mais tu risques de vite déchanter ! Non seulement les postures assises ne sont pas de tout repos, mais de surcroît, tu vas bientôt t’apercevoir qu’il faut refaire une demi-salutation au soleil (on appelle cela un « Vinyasa ») entre chaque posture, et entre chaque côté de posture. 

Résultat, l’Ashtanga te fait enchaîner 5 postures entre chaque posture tenue ! Oui, oui, tu as bien lu 😉 En même temps, je t’avais prévenue, ce n’est pas de tout repos !

« J’ai les bras trop courts ! Et les fesses trop lourdes !»

La dernière posture en Ashtanga arrive après 1h30 d’enchaînement (ou de torture, ça, ça dépend du contexte ;))

Quand il va falloir se soulever pour « Uplithihi », tu vas te dire « Je peux pas, mes fesses sont trop lourdes, mes bras trop courts ». Dans cette posture assise, on place les jambes en lotus (ou demi-lotus, ou jambes simplement croisées) puis on pose les mains sur le sol juste devant les hanches, et on se soulève. On est censés tenir la posture pendant 10 respirations. Mais ça, c’est dans un monde idéal !

Rassure-toi, on est tous passé.es par là ! Comment te dire que la première fois que tu essaies de décoller les fesses du sol, tu as juste l’impression qu’il y a de la colle dessous, et que non, impossible de bouger. Pire ! Tu es persuadé.e que tu n’y arriveras JAMAIS ! Rassure-toi, ça aussi !a finit par évoluer 😉

Après tant d’émotions, fais-moi confiance, tu auras un petit goût de « reviens-y ». Tu te sentiras bien. Dans ton corps, dans ta tête, au plus profond de toi. Bref, l’Ashtanga yoga reste une discipline non dénuée de magie et tu y trouveras vite ton compte 😉

Un immense merci à Valérie pour cet article tout doux et plein d’humour qui me donne à moi-même envie d’essayer l’Ashtanga ! Si tu es intéressé.e par la discipline, retrouve Valérie en région lyonnaise, en ligne sur son site MaBoutiqueyoga.fr ou sa chaîne YouTube.

Et elle fait aussi des cours pour les enfants 😉

 

D'autres news similaires

Cet article a 2 commentaires

  1. Gustavo Woltmann

    Bravo pour votre blog, pleines d’informations à voir absolument ! cet article est motivant, et très utile.

    1. Emilie Leduc

      C’est très gentil merci beaucoup ! Et merci à vous d’être là pour me lire 🙂

Répondre à Emilie Leduc Annuler la réponse